23/11/2005

Simplifiez vos documents administratifs"

Simplifiez vos documents administratifs"

 

Telle était la proposition qu'a défendue le conseiller Robert TANGRE (UCPW) lors du Conseil communal de Courcelles du 14 juin dernier.

Le but de son intervention était de rendre plus lisibles, plus simples, plus compréhensibles par tous les Courcellois(es) les fameux documents dits "Avertissement – extrait de rôle" les invitant à payer la redevance communale sur la collecte et la destruction des immondices.

 

En effet, les documents envoyés à nos concitoyens ne font pas dans le genre facile puisqu'ils mentionnent les points suivants :

-   envoyé en … (par ex. : 2005)

-   relatif à l'année … (par ex. :2004)

-  situation INAMI …

-  revenus pris en considération au 31/12 de l'année civile précédant l'année antérieure (par ex : 2002)

-  notion de revenus nets

Voici bien une présentation peu conviviale et particulièrement incompréhensible pour un très grand nombre de nos concitoyens et plus particulièrement pour les personnes âgées.

Dans un but de simplification administrative et de meilleure transparence, Robert Tangre propose  tout simplement d'indiquer un montant de revenus à ne pas dépasser pour pouvoir bénéficier de l'exonération de la taxe sur les déchets. En outre, ce montant devrait être revu annuellement puisqu'entre 2005 et 2002, dates citées dans l'exemple, les revenus de remplacement ont augmenté suite à l'inflation. Ce simple fait exclut donc bon nombre de nos concitoyens de pouvoir bénéficier de l'exonération.

 

D'autre part, la mention "VIPO", fait croire à beaucoup de nos concitoyen(ne)s qu'ils peuvent bénéficier de cet avantage.

 

Or, la notion VIPO introduit les notions de titulaire isolé ou avec personnes à charge. Ce régime étant plus favorable, le conseiller UCPW propose d'introduire comme de référence pour tous, les montants de base VIPO, revus annuellement en y introduisant les notions d'isolé ou de chef de famille.

 

Ces montants sont d'ailleurs supérieurs à ceux proposés actuellement.

Lors de la discussion qui s'en suivit, le président f.f.  Pol QUERIAT, proposa au conseiller UCPW d'en discuter sereinement lors d'une commission des finances qui se tiendra en septembre prochain.

 

George CAMBIER

Secrétaire de l'UCPW

 


12:20 Écrit par UCPW | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Ralentisseurs de la rue de Forrière, pièges à cons ?

Ralentisseurs de la rue de Forrière, pièges à cons ?

 

C’est en rappelant une ancienne interpellation que l’UCPW a dénoncé le danger que représentent les obstacles placés en deux endroits de la rue de Forrière afin de limiter la vitesse des véhicules empruntant cette voirie. Le temps nous a malheureusement vite donné raison car les témoignages abondent pour nous signaler le danger réel représenté suite à l'aménagement des lieux. En effet, depuis leur création, les accidents se sont succédés.  A peine quelques semaines après leur construction, un camion les heurtait et emboutissait la façade d’une maison. Ce seront tour à tour  diverses voitures, un 4/4 et même un autobus qui connaîtront le même sort.

S’il n’y a eu que des blessés jusqu’à présent, il faut reconnaître que les catadioptres ont disparu et que ces obstacles se disloquent sous les coups de butoir.

 

Aux questions posées par l’interpellant, le Bourgmestre A.Trigaut répond que la police n’a inventorié que deux accidents l ‘un en 2003, l’autre en janvier 2005. Il reconnaît toutefois que d’autres ont eu lieu mais sans intervention de la police mais il  souligne que le matériel placé en ces endroits répond aux normes de l’IBSR (Institut Belge de Sécurité Routière), ce à quoi l’interpellant lui rappelle qu’en aucun cas la sécurisation d’un endroit ne pouvait être cause de la mort de personnes.  Une étude va toutefois être entreprise pour le placement d’une signalisation lumineuse et des bandes réfléchissantes vont être fixées sur les obstacles


12:16 Écrit par UCPW | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Présence policière sur le marché de Courcelles

Présence policière sur le marché de Courcelles :

donnez-nous votre avis.

Début avril, Monsieur C. sortait de la banque Fortis, située sur la Place Roosevelt. C’était un mercredi, jour de marché. A peine sur le seuil de la banque, il a été poussé et renversé par trois jeunes filles qui lui ont dérobé la somme qu' il venait d’encaisser au guichet, soit l'équivalent de 1.000 €.

Octogénaire, Monsieur C. s’est rendu aussitôt à la permanence de police, à la rue du Temple, pour signaler les faits. Lors de sa déposition, le policier,  lui a conseillé de ne pas aller à la banque sur la Place Roosevelt un jour de marché. Cette réponse témoigne d’une réalité criante : l’absence d’une réelle présence policière sur la place du Trieu, le mercredi, jour de grande affluence.

Outre des agressions de ce genre, espérons-le plutôt rares, des actes de grivèlerie, de vol à la tire sont régulièrement commis.

Il faut aussi souligner que la circulation, ce jour-là, dans toutes les rues avoisinant la place, est abondante. Il est dès lors très difficile de pouvoir quitter la rue Churchill, soit en direction de Souvret, soit en direction de Trazegnies.

Notre population se sent de plus en plus insécurisée, déclare la conseiller UCPW Robert TANGRE en conclusion de son interpellation et il demande au président de séance Pol Quériat, les raisons de cette absence policière, qui ne peut en aucun cas être justifiée par un sous-effectif du cadre de la police.

Dans sa réponse, le Bourgmestre ff répond à l’interpellant que le service de police est orienté régulièrement les mercredis vers la place du Trieu. Il ajoute qu’un service de sécurisation vient d’être installé et que des patrouilles de surveillance seront plus fréquentes pour diminuer le mal ressenti par la population. Il conseillera également au service d’intervention d’orienter leur disponibilité vers la place du Trieu le mercredi matin.

Suite à cette intervention, interrogé par la presse, le Chef de zone déclare que des policiers en civil surveillaient régulièrement les lieux.

Depuis le mois d’avril, vous sentez-vous suffisamment en sécurité le jour du marché? Percevez-vous maintenant une présence policière plus important ? N’hésitez pas à nous faire des propositions que nous transmettrons au Bourgmestre, chef administratif de la police. Faites-le nous savoir en écrivant UCPW, rue Lemaître 1 à Courcelles, en nous envoyant un fax au 071/ 305830 ou un courriel sur ucpw@skynet.be

12:14 Écrit par UCPW | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/11/2005

La gare de La Motte réaffectée ?

La gare de La Motte réaffectée ?

 

A plusieurs reprises, la presse a rapporté la volonté du groupe ECOLO local de réaffecter ce bâtiment à d’autres usages, soulignant le fait que le Ministre PS Courard soutiendrait toute initiative allant dans ce sens. Suite à ce souhait, l’échevin Lemoine contacta les autorités de la SNCB pour envisager une quelconque utilisation du lieu. Lors de l’information , Roland Lemoine revint avec diverses informations car des parties de l’ancienne gare sont toujours occupées soit pour accueillir des équipes d’ouvriers, d’autres abritent toujours des commandes d’aiguillages tandis que la poste y ouvre toujours un guichet. Seule donc, la salle des pas perdus pourrait accueillir des activités autres.

L’UCPW ne peut que marquer son opposition à toute forme d’occupation des lieux désertés pour quel que service communal que ce soit car depuis la triste décision de la SNCB de fermer le guichet, le lieu est devenu très insécurisant, les locaux peuvent être vandalisés très facilement vu l’isolement de la gare, les bâtiments souffrent de tagages réguliers, des trafics nocturnes de toute nature s’y déroulent, insécurisant d’ailleurs les derniers travailleurs rejoignant Courcelles tard le soir.

La commune a déjà suffisamment dépensé d’argent pour retaper des bâtiments qui ne lui appartiennent pas.  Que ceux qui tuent les services publics assurent la pérennité des bâtiments qu’ils laissent ainsi à l’abandon Cela suffit donc !

 

En bref.

 

Les Gouytois doivent-ils se réjouir ? Un pont provisoire a été installé sur le canal Charleroi-Bruxelles  pour permettre la reconstruction du pont de Pont-à-Celles et éviter ainsi aux riverains de longs déplacements. En sera-t-uil de même lorsque ce sera le tour des travaux à hauteur de Gouy ?

 

Un deuxième motif de réjouissance ? Suite à la polémique surgie lors de la fermeture de l’école des Hautes Montées à toute activité sortant du cadre scolaire, la majorité avait inscrit au budget 2005 un montant de 300.000 euros pour transformer l’ancienne école de la rue Ferrer en salle polyvalente. Cette volonté a causé bien des émois dans cette rue. Le silence actuel est-il annonciateur d’écoute de la part du Collège ? L’Ucpw ne perdant pas de vue le dossier a interrogé le bourgmestre sur les intentions de la majorité. D’après la réponse donnée., il semblerait qu’un autre endroit pourrait être choisi pour accueillir cette salle. Certaines rumeurs nous laissent toutefois sceptiques.

 

Rappelons cependant que les actions des citoyens ne sont jamais vaines lorsqu’ils se mobilisent pour faire pression sur leurs élus plutôt que de considérer les hommes et femmes politiques comme des vendus ou des pourris.

 





15:25 Écrit par UCPW | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

La saga Page conteneurs enfin terminée.

La saga Page conteneurs  enfin terminée.

 

 

Après plus de 20 années, l'exploitation implantée sur le site de la Laide Goffe a cessé ses activités polluantes dans notre commune. L'événement a réjoui les voisins qui ont célébré le combat victorieux qu'ils menaient depuis plus de 10 ans.

L'entreprise est partie mais des problèmes importants restent en suspens, le plus important étant la dépollution du sol qui a été effectivement dégradé par le stockage à même la terre battue de déchets de toutes provenances, la présente législation impose à toute entreprise polluante de procéder à ses frais à la dépollution des lieux sur lesquels elle a développé ses activités. L’UCPW qui a été le porte-parole des riverains pendant ces nombreuses années en interpellant à de très nombreuses reprises le Collège échevinal qui a laissé s’implanter un chancre pestilentiel au centre de notre commune. Elle continuera à exercer sa vigilance pour qu’à l’avenir aucune entreprise de cette nature ne vienne s’installer en ce lieu. Dans sa réponse, Madame Lambot, échevine de l’environnement signale qu’elle va entrer en contact avec la direction de l’entreprise pour imposer un nettoyage complet du site et la sonder pour connaître la destination future du bien.

http://users.skynet.be/ucpw/evenement.htm



15:23 Écrit par UCPW | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Trafic de poids lourds à la rue de Seneffe et à la rue de Wallonie.

Trafic de poids lourds à la rue de Seneffe et à la rue de Wallonie.

 

Une pétition a circulé dans les abords de cette rue, afin de dénoncer le lourd charroi incessant empruntant cette chaussée avec des conséquences néfastes pour les riverains. Une partie de leurs revendications fut défendue par le groupe UCPW lors du Conseil communal de mai.

Ces rues forment une des principales entrées de Courcelles et pour cette raison, il faut différencier le trafic automobile qui se rend dans l'entité de celui qui se dirige vers le zoning. A trois reprises par le passé, l’UCPW avait attiré l’attention du Conseil communal sur ce fait. Lors de l’implantation de la filiale de la poste, la firme Taxi post, nous avions estimé qu’en aucun cas, sinon de force majeure, il ne fallait permettre l’entrée ou la sortie de camions par l’entrée se trouvant avenue de Wallonie mais obliger les camionneurs à entrer et sortir par la rue de Seneffe. Malheureusement, cet avis émis et partagé par plusieurs membres du Conseil communal n’est pas respecté. Le zoning de Courcelles étant destiné à accueillir des entreprises de logistique, le nombre de véhicules lourds augmentera sans cesse, et grèvera les finances communales, oh combien déjà mises à mal par les réparations d’une voirie non conçue pour supporter un tel trafic, des réparations s’avérant dès maintenant absolument nécessaires.

Dans sa réponse Christian Hansenne, échevin des travaux apprend à l’assemblée qu’une concertation a eu lieu entre son service et ceux de l’intercommunale Igretec afin d’aménager deux ronds-points dans le zoning pour permettre aux camions de faire demi-tour et reprendre directement la bretelle d’autoroute pour les lourds véhicules qui se dirigent vers Charleroi. La rue de Seneffe sera, quant à elle, réparée dès que ces travaux seront terminés.

 

Les amendes administratives sont entrées en application.

 

Vider un cendrier dans le filet d’eau, lancer une canette par la vitre d’une voiture, abandonner un petit sac de déchets au pied d’une poubelle, laisser son caniche faire ses besoins sur le trottoir, … voici quelques-unes des petites incivilités quotidiennes par certains de nos concitoyens, actes contre lesquels on sévissait peu jusqu’à présent. Aujourd’hui, c’est terminé : le Conseil communal a voté un règlement appliquant des amendes administratives ( celui-ci peut être obtenu sur demande) d’un montant de 65  € à 250  €. Cinq membres du personnel vont être formés à l’Académie de police de Jurbise et le secrétaire communal a été chargé de la récupération du montant des amendes. A ce jour, une vingtaine de dossiers sont constitués et plusieurs contrevenants ont déjà payé leur amende. Chacun(e) d’entre nous devrait pourtant considérer que l’espace public est un bien commun qu’il nous faut préserver!

 



14:39 Écrit par UCPW | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |