18/06/2006

Le Petit Rapporteur n° 7 : tempête dans un bénitier)

Le Petit Rapporteur Courcellois

Feuillet périodique

de l'Union Communale Progressiste et Wallonne n° 7

 

 
Aidez-nous à reconstituer notre fichier d'adresses.

Suite à une erreur de manipulation, nous avons effacé notre important fichier d'adresses électroniques. Soyez sympa, envoyez-nous un petit message sur : robert.tangre@skynet.be afin de nous permettre de le reconstituer et ainsi pouvoir  vous prévenir lors de la sortie de nouvelles informations ayant rapport à la commune de Courcelles. Grand merci.

Georges CAMBIER, secrétaire de l'UCPW


Dimanche 25 juin 2006,

              
                dès 12 heures,
 
l’asbl Progrès et Culture

organisera

sa party-brochettes annuelle

 

 

Rue Albert Lemaître, 1 à Courcelles

 

P.A.F. : 80 centimes / brochette

Réservation souhaitée 

 

Nom :


 

Prénom :


Adresse :


 


 

participera à la party-brochettes à Courcelles, le samedi 25 juin  avec ..….. personnes et réserve environ ……. brochettes dont ........ brochettes de porc et /ou ........ brochettes d'agneau.

 

Toutes les réservations doivent être adressées par écrit au président de l’association, Monsieur Daniel Petit, rue de la Joncquière, 38 à Courcelles  ou par téléphone au 071 /45 83 14)

 

Vous êtes les bienvenu(e)s

 

Venez nous y rejoindre et amenez vos amis.

 


 

Nos interventions sont-elles suivies par le Conseil communal ?

 

Récemment, la commission des affaires générales de du Conseil communal s’est réunie à la demande de l’UCPW pour examiner diverses propositions avancées par notre groupe en matière de police. Présidée par André Trigaut, notre Bourgmestre, la réunion s’est tenue en présence de Monsieur Meunier chef de la zone de police « Courcelles - Fontaine –l’Evêque » et d’un de ses adjoints.

 

Le premier point discuté portait sur la problématique du stationnement de camions rue de Gaulle et Churchill le mercredi matin, jour de marché. Vu la densité de circulation et les embouteillages réguliers, le chargement et le déchargement des camions des fournisseurs, sera, prochainement, interdit chaque mercredi matin entre 7 et 14 heures.

 

Le second point portait sur le stationnement de véhicules sur les trottoirs de la rue De Gaulle empêchant le passage des piétons surtout le jour de ramassage des immondices. Il sera demandé à la province de procéder à un nouveau tracé délimitant les stationnements à cheval sur le trottoir et la chaussée.  La police veillera désormais à faire respecter la loi  interdisant le stationnement de véhicules sur les trottoirs et, de façon générale à faire respecter par les automobilistes les divers signaux routiers. Si on ne le fait pas, qu’on enlève les panneaux déclara, en guise de dérision, l’UCPW s’ils sont placés et ne sont pas respectés (zone bleue dans la partie de la rue De Gaulle ou stationnement alternatif dans la partie supérieure de la rue des Combattants)! Une action préventive sera menée et suivie d’une campagne de répression si cela s’avère nécessaire.

 

Le troisième point portait sur le non-respect de la tranquillité des habitants de l’entité après 22 heures. Chacun(e) d’entre nous est en effet outré de constater que certains commerçants exercent leur profession après 22 heures en faisant hurler un signal sonore pour annoncer leur passage. Les commerçants fautifs seront priés incessamment de respecter la législation. Dans le cas contraire, ils seront pénalisés judiciairement.

 

Le quatrième point portait sur la vitesse excessive des véhicules dévalant la rue de Forrière. La priorité de droite sera maintenue mais avec l’achat prochain d’un futur radar placé sur une voiture banalisée, une campagne de sensibilisation va être entreprise et une présence régulière assurée. D’autre part, la proposition de l’UCPW visant à prévenir les automobilistes des obstacles situés face à l’église de Forrière et à l’école de Rianwelz par une signalisation lumineuse sera étudiée par les services de police.

 

Le cinquième point portait sur la suppression du sens interdit à la rue du Château d’Eau. Cette signalisation idiote et incongrue va être revue. L’Ucpw demande en outre un changement de sens de la circulation pour la petite rue longeant l’ancienne place Saint Antoine, sur le côté gauche du monument à la mémoire des mineurs. La police va étudier la proposition.

 


 

Une tempête d’eau dans un bénitier.

 

En avril, la majorité PS-cdH votait l’installation d’une antenne relais sur l’arrière de la cour de l’école des Hautes Montées à Gouy. Toute l’opposition s’y opposait. Après ce vote, une pétition circula et amena la réaction de la section socialiste de Gouy à demander le retrait de cette décision. Celle-ci fut proposée au nom de la majorité par la conseillère socialiste Béatrice Nouwens. Dans le débat, l’UCPW rappela qu’en 1998, c’est à son initiative partagée par le conseiller ECOLO de l’époque que le Conseil communal devait être averti de tout placement de ce genre de matériel et que vu, les risques éventuels pour la santé des populations voisines soit appliqué le principe de précaution. L’UCPW félicita donc la majorité pour ce changement de cap et déclara qu’on n'est pas ridicule pas lorsqu’on constate qu’on s’est trompé et qu’on corrige son erreur.

Robert Pirmolin

 

Le débat se termina par un vote de l’ensemble presque unanime du Conseil communal à l’exception groupe cdh, qui, en, l’absence de Madame Lambot, s’opposa au retrait alors que la veille, il l’avait accepté en réunion de groupe. La fin de la législature approche et les amants sont bien désunis. Le cdh par la voix des deux conseillers sen séance (messieurs Pirmolin et Richard) se désolidarisa tout en donnant une leçon de morale à l’ensemble des autres groupes politiques. Un coup de goupillon par ici, un coup de hallebarde du bedeau par là. Pauvre Madame Lambot, nous comprenons que vous ayez renoncé à conduire la liste cdH pour les prochaines élections communales avec un attelage aussi fou.

Xavier RICHARD

 

Il faut aussi souligner que deux abstentions se prononcèrent : celle du mayeur qui s’était déjà positionné en ce sens lors du vote précédent, conduite logique donc. Mais surprise, l’échevin Quériat s’abstint également déclarant que, lui personnellement, ne recourait jamais au GSM. Nous nous abstiendrons de répéter comment le mandataire communal qualifie ceux qui y avaient recours. Comme il déclara également qu’ordinateur, internet ou courriels lui étaient étrangers, cela me rappela qu’en 1962, mes élèves de première année primaire se  servaient d’une touche et d’une ardoise. Pourquoi donc ne pas alors envisager un retour à la tablette de cire comme au bon vieux temps oublié des Romains ?

 

Cadavres abandonnés derrière le mur du cimetière

 

 

Photo prise lors du célèbre prix décerné par l'UCPW en 2002 : " Le Cruwau d'Or"

 

Par des titres accrocheurs, la presse met souvent en évidence des faits qui s'avèrent, finalement … anodins. Cependant, à la lecture de la Nouvelle Gazette et du titre « Courcelles, cimetière .Des cadavres abandonnés : les corps en lambeaux ont été découverts par des enfants » du mercredi 5 avril, on s’aperçoit qu’il ne s’agit pas là d’un fait anecdotique, mais d’un réel problème de non-respect des dépouilles de personnes décédées et de l’environnement.

 

Le fait de penser qu’un endroit situé en dehors du cimetière, dans une végétation broussailleuse, empêcherait les enfants de s’adonner à des explorations, ne justifie en aucun cas la légèreté avec laquelle les responsables politiques de notre commune, ont fait preuve de la négligence la plus inacceptable et d’un manque évident de dignité humaine.

 

D'autre part, les réponses adressées à la presse ne justifient pas non plus la situation indécente mise en exergue. L’intervention de l’Ucpw se termina par la demande suivante : « Ne pourrait-on envisager un ossuaire intégré dans une partie emmurée du cimetière, et donc inaccessible ? »

 

Dans sa réponse, l’Echevin Hansenne tenta d’esquiver la question soulevée en ergotant sur la valeur du témoignage déclarant qu’aucun journaliste n’était venu sur place. Alors d’où sortent donc les photos parues dans la Dernière Heure et la Nouvelle Gazette ? Parade pour ne pas reconnaître les erreurs d’un service qui accumule les bourdes!

 

En 2004, une famille se présente à deux reprises avec le corps de leur défunte. Ils n’avaient pas été avertis  les deux fois d’un effondrement de terrain.

Le cimetière de Trazegnies n’est plus jamais fermé à clef, la nuit venue.

Tout récemment, un enterrement arrivé dans ce même cimetière a dû attendre que l’on recherche le fossoyeur absent.

Vous trouvez cela normal ? Pour expliquer la raison des cadavres jetés à l’extérieur du cimetière dans une fosse non couverte, l’Echevin Hansenne se contente de déclarer qu’on a volé le cadenas et enlevé les plaques de fer.

 

Le fait qui n’a rien d’anecdotique n’a pas l’air d’émouvoir davantage l’édilité locale. Et le respect des citoyens dans tout cela ?

 


 

A propos des rues de Viesville et rue Hamal.

 

Lors du conseil communal d’avril, l’UCPW posa deux questions sur l'évolution des travaux de voirie de la rue de Viesville (deuxième tronçon, celui qui va jusqu'au carrefour de la rue Hamal …)  Les travaux commencés, il y a bien longtemps, ont été interrompus fin de l'année 2005 et jamais repris depuis lors.

En interpellant l’UCPW voulait connaître les raisons de cette interruption et la date éventuelle de finition. Avec autant de désinvolture, l’Echevin des travaux déclara que les délais de finition avaient été respectés car il avait fallu tenir compte des intempéries.

 

Par ailleurs, est-il question d'entreprendre la réfection de la rue Hamal ?

 

Le hasard apporte parfois une réponse car la veille de l’intervention de notre groupe, les travaux se terminaient. Quant à la rue Hamal, son réaménagement est compris dans le plan triennal 2004-2007 et c’est en principe cette année que les travaux devraient débuter car le conseil communal prévu pour le 7 juin 2006 s’est prononcé sur le cahier des charges et sur les prêts bancaires qui permettront leur réalisation. Pour la bonne gouverne de nos concitoyens, le coût prévisible se monte à  864.020,53 euros. 

Patience donc encore pour quelques mois. Cependant, riverains de cette rue, soyez prudents et allez à la maison communale lorsque les plans seront établis pour vérifier si ces travaux vont vous apporter sécurité et tranquillité.

Votre intervention est plus que jamais nécessaire.

 

21:44 Écrit par UCPW | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |