13/09/2006

Trazegnies, un patrimoine à mettre en valeur

Trazegnies, un patrimoine à mettre en valeur.

 

 

A la mi-juillet, nous avons appris par la presse qu’un groupe important ,la société Ortis-Invest,  désirait construire, sur le site du terril n° 5 de Trazegnies, un vaste ensemble de magasins de démarques, des solderies de « luxe ». L’information est nouvelle pour l’ensemble des conseillers communaux. Pas pour tous toutefois car André Trigaut, notre bourgmestre aurait eu des contacts avec les promoteurs du projet depuis de longs mois. Il se déclare dans la presse favorable au projet puisqu’il serait susceptible de créer quelque 900 emplois dont 600 plein temps. 

 

Un rappel s’impose.

 

 

En 1995, notre mouvement politique, l’UCPW a pris une part active dans la lutte qui opposa la population au projet d’implantation d’un Centre d’Enfouissement Technique pour déchets nocifs mais peu dangereux. Il s’est battu aux côtés du Comité de Défense du Terril n° 5 et de l’Association pour la Sauvegarde de l’Environnement Courcellois pour empêcher cette réalisation. Une vaste mobilisation populaire s’opposa à ce projet inique durant plusieurs années (dont une manifestation qui réunit trois mille personnes qui encerclèrent le terril) et sortit finalement victorieuse de la lutte. Depuis lors, le site est resté en l’état. Rappelons toutefois qu’un projet semblable qui n’a pas connu de suite avait déjà été envisagé, il y a quelques années. De son côté, le Comité du terril n° 5 n’a pas été dissout et veille toujours au grain.

 

Les dangers.

 

 

La majorité courcelloise actuelle, à l’initiative de Madame Lambot avait permis la réhabilitation du sentier promenade qui, empruntant la drève, longe le terril et aboutit à la rue du Gros Bec. Ce chemin permet ainsi aux promeneurs de s’oxygéner dans une nature luxuriante et de monter sur le terril pour flâner le long des anciens bacs à schlamms (anciens bassins de décantation), découvrir une faune et une flore exceptionnelles qui peuplent aujourd’hui cet endroit où la nature a reconquis ses droits. Le projet va araser le terril, le niveler et faire disparaître un lieu que l’UCPW veut sauvegarder. Rappelons aussi que ce terril rappelle une histoire dramatique puisqu’une partie des stériles déversés sur le n° 5 provenaient du charbonnage n° 6, lieu d’une catastrophe minière qui coûta la vie à   mineurs.

 

Que penser d’un projet d’implantation de nombreuses nouvelles enseignes de grandes marques ?

 

 

Courcelles accueille aujourd’hui sur son territoire huit grandes surfaces ( Aldi, Dial, Trafic, GB, Leader Price, Colruyt, Intermarché, Champion). Nombreux sont nos concitoyens qui se rendent aussi à Makro ou à Cora. Deux zonings commerciaux existent également  (Ville 2 et Charleroi Nord). D’autre part un projet mammouth couvert englobant le Palais des Beaux-Arts, le Palais des Expositions et son vaste parking est à l’étude à Charleroi. Faut-il encore ouvrir de nouveaux magasins ? La lutte incessante entre les grandes marques pour conquérir de nouveaux marchés ne correspond nullement aux besoins élémentaires de nos concitoyens !

En outre, cette accumulation de grandes enseignes rivalisant les unes avec les autres n’aide nullement à la création de véritables emplois.

 

Le promoteur parle de la création de centaines d’emplois mais de quels emplois s’agit-il ? Il est bon de rappeler que les diverses enseignes se font une concurrence impitoyable afin de diminuer les coûts des produits qu’elle mettent en vente. Très bien, pourrait-on dire pour les consommateurs. Mais comment font-elles pour obtenir des prix réduits ? Elles imposent tout simplement aux producteurs les prix des légumes, des fruits, des œufs, de la viande… au détriment des producteurs agriculteurs, éleveurs,…). Elles jouent ensuite sur la pression salariale. Elles imposent au personnel qu’elles engagent des emplois à petits salaires, des emplois précaires à durée déterminée, des emplois à temps partiel,quarts temps, cinquièmes temps…) Elles empêchent ainsi leurs employés de pouvoir se rencontrer, se défendre, s’unir, revendiquer…. Finalement, les syndicats de la distribution tentent éprouvent de grosses difficultés pour défendre les droits de leurs affilié(e)s.

 

 Et le commerce local ?

 

 

 

La création de ces vastes zones de commerces, quoiqu’on en dise, nuit au commerce local. Ce facteur amène à la fermeture des magasins de proximité. Que ce soit à Courcelles, Souvret ou encore Trazegnies et même Gouy, les centres urbains se désertifient créant ainsi des zones fragilisées et insécurisées. Sur cent mètres, à proximité du carrefour des quatre bras de Trazegnies, trois anciens magasins sont fermés. Sur la place Albert, une maison particulière et un ancien commerce tombent en ruine. Les lieux deviennent sinistres. Le soir venu, ils accueillent des petits trafics de tous ordres. Voilà un facteur très important qui alimente le sentiment d’insécurité de nos populations.

 

Cette concurrence d’implantations nouvelles ne nuit pas qu’au petit commerce local ; elle touche également des moyennes entreprises installées depuis longtemps dans notre entité, comme le grossiste en vins et spiritueux « Le Clos du Renard » qui cessera toute activité en septembre prochain, victime de la logique de rationalisation de la multinationale « Carrefour »… Résultat : la perte d’une soixantaine d’emplois et la création d’une « zone d’inactivité »de plus de 20 000 m2 ( deux  fois la superficie de la place du Trieu.)

Ne faudrait-il pas défendre l’emploi existant avant d’en promettre d’hypothétiques nouveaux ? Ne faudrait-il pas utiliser à bon escient les sites commerciaux existant avant d’en créer frénétiquement de nouveaux ?…

 

Que propose l’UCPW ?

 

 

Nous souhaitons le rachat de l’ensemble du terril et son classement en zone verte afin de permettre la création d’un vaste projet d’aménagement assurant la conservation des plans d’eau formés par les anciens bacs à schlamms et la transformation de l ‘ensemble de l’espace en lieu de détente et de repos. Le Nord de Charleroi est particulièrement défavorisé en ce qui concerne les lieux de détente. Pour trouver un peu de repos et se distraire, ceux d’entre nous qui possèdent un véhicule peuvent se rendre à Godarville, à Morlanwelz, à Marcinelle mais tous les autres ? 

 

Favoriser le tourisme d’un jour.

 

 

Peu de communes possèdent comme Trazegnies un tel patrimoine historique et naturel malheureusement insuffisamment mis en valeur. Notre Conseil communal a comme devoir d’aider davantage les associations locales comme les Amis du Château qui travaillent depuis tant d’années à la conservation de cet important édifice qu’est le château et son beau parc (malheureusement situés dans un environnement qui le dévaluent (maisons en ruine et abords repoussant de crasses). Le château n’est pourtant pas seul, l’église, la cure, le cimetière, la place Larsimont et sa Maison pour Tous avec sa tour qui devrait retrouver sa coiffe mais aussi le terril de la vigne sur le terril n° 7, autant de lieux à valoriser. Le tout pourrait être complété par ce lieu de verdure et de détente que constituerait le terril n° 5.Laissons courir nos imaginations : une promenade fléchée, un petit train touristique, des calèches….

 

 

 

 

Conséquence certaine : le tourisme d’un jour qui tend à se développer favoriserait l’économie locale, revivifierait notre belle commune et serait susceptible de créer de nouveaux emplois.

 

Vous pouvez nous aider dans cette campagne électorale en plaçant une affiche à votre fenêtre. Pour en obtenir: un coup de fil au 0475 / 46 39 19

23:18 Écrit par UCPW dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.