26/01/2007

 L'UCPW continuera à mener une opposition critique mais constructive.

L'UCPW mènera une opposition critique mais constructive.

 

Voici un bon mois que le nouveau Conseil communal et une nouvelle majorité sont en place suite aux changements importants  survenus lors des élections.

Nous reproduisons ci-dessous intégralement l'intervention de notre représentant au sein du Conseil comunal de Charleroi en réponse à la déclaration d'intentions de la majorité socialiste-libérale. Puisque vous lui avez renouvelé votre confiance, Robert Tangre qui entame son 4 ème mandat, peut aujourd'hui compter sur l'appui d'une équipe de militants renforcée et décidée à ne rien laisser passer.

 

TANGRE-ROBERT-MAQUETTE

L'UCPW reste sur sa faim.

 

Monsieur le Bourgmestre, vous avez reçu le soutien d’une grande partie du corps électoral. Votre score a largement  triplé .Les électeurs vous ont choisi en toute connaissance de l'enjeu, puisqu'ils savaient que le nouveau système électoral offrait l'écharpe mayorale à l'élu obtenant le plus grand nombre de voix de préférence.

Ce faisant, ils vous mettent au défi de changer radicalement le comportement des élus de la majorité, et plus particulièrement de celui des échevins.

En effet, malheureusement, cette prise de conscience n'est pas allée plus loin que ce choix car elle n'a pas bouleversé fondamentalement la donne qui vous aurait permis de mener une politique nouvelle, en vous appuyant sur des partenaires partageant avec vous votre volonté exprimée de changement .

 

Axel-100pct

La composition du nouveau Collège nous laisse sur notre faim, et au-delà du programme que vous venez de développer, nous doutons que vous trouverez dans votre environnement proche les appuis indispensables témoignant d'une volonté de rupture avec les pratiques que nous avons dénoncées dans le passé .

Sincèrement, je ne voudrais pas être à votre place, car, pour qu'il y ait changement, il est primordial de pouvoir compter sur des personnes qui ont compris le message de l'électeur exigeant un comportement autre de la part des élus.

 

Ainsi, le rapport de forces à l'intérieur même du parti le plus important de notre commune ne nous paraît pas vous être favorable. Vous pourrez toutefois vous appuyer sur une alliance qui fera peu de vagues ! Votre nouveau partenaire, nous en sommes persuadés, ne vous créera sans doute pas de mauvaises surprises comme celles que vous avez vécues lors de la dernière législature, d’autant plus que le ou les éléments qui auraient pu perturber une gestion paisible ont été écartés .

 

La gauche laminée.

extreme-gauche

 

Un autre constat s'impose après le scrutin: le vote contestataire induit une nouvelle donne !

Une tranche importante de notre population a sanctionné les pratiques politiciennes quotidiennes en mettant dans le même sac l’ensemble des partis démocratiques représentés dans notre assemblée et ce qui nous chagrine plus particulièrement, il sanctionnait du même coup l’opposition de gauche qui, tout en critiquant la gestion à courte vue du passé, n’a cessé d’appuyer les justes revendications des citoyens.

 

Autrefois, la gauche était porteuse de valeurs de progrès. L’ancienne commune de Courcelles, en 1976, juste avant la fusion, était considérée comme le bastion de cette gauche, puisque 75 % de la population faisait confiance à votre formation et à celle dont je suis aujourd’hui, hélas, l’unique héritier.

Actuellement, la vraie gauche est fortement minorisée dans cette assemblée. Quand je parle de « vraie gauche », je pense à un certain nombre de membres de votre parti et les deux partis d’opposition qui tiennent à défendre, envers et contre tout, des valeurs de justice sociale et de solidarité : solidarité entre les générations, solidarité avec les plus démunis, solidarité entre femmes et hommes indépendamment de leur origine.

 

Inutile de vous rappeler la paupérisation accélérée de notre société dont le seul moteur est devenu la recherche du profit le plus immédiat et le plus important possible.

 

Et, malheureusement, Monsieur le Bourgmestre, les trois partis traditionnels les plus importants de cette assemblée se disputent une clientèle électorale située au centre de notre société, acceptant d'abandonner sur les marges des populations de plus en plus importantes , de plus en plus fragilisées.

 

Seuls, les actionnaires en profitent.

 

Que sont advenues les valeurs nobles, comme celle du travail, qui se raréfie, excluant de l’emploi, chaque jour, de nombreux travailleurs et créant des drames sociaux. Ils se retrouvent au chômage, ils sont endettés à vie … N’avez-vous pas entendu parler de prêts immobiliers pour l’acquisition d’un bien, prêts qui pourront être remboursés sur toute le durée de vie ?

L’étape suivante, c’est l’exclusion : le minimexé, le SDF !

Notre société plonge !

 

L’habitat se dégrade.

maison

 

La désertification des centres-villes, suite à des choix commerciaux faisant croire à des chimères. La richesse se développe  à la périphérie, la pauvreté s'agglutine dans le centre des communes qui se dégrade. Certains profitent et s’enrichissent de la misère des autres : les nombreuses boîtes aux lettres accrochées sur des immeubles minables en témoignent. Ce constat nous oblige à investir dans le logement et à casser la spéculation et les marchands de sommeil et balayant devant notre porte, à contrôler toujours plus la société d’habitations sociales dans laquelle nous détenons une part importante de l’actionnariat

 

La pauvreté atteint aujourd’hui aujourd'hui certaines classes moyennes, qui vivaient autrefois dans le confort, et qui, dans ce nouvel environnement, éprouvent des sentiments de panique et de peurs accumulées. Cet environnement qui est aujourd’hui le leur les amène à ne plus faire confiance aux hommes politiques que nous sommes, à nous sanctionner et à confier leur sort aux forces politiques qui vont se servir d’un terreau de misère pour entretenir et alimenter les discours d’exclusion, de rejet, de haine de l’autre.

« L’étranger dehors, le chômeur au travail, la femme au foyer, suppression des syndicats, un flic près de chaque maison … ».

 

Face à ces comportements, la solution, la seule, celle qui devrait être portée par la quasi-totalité des partis ici représentés, c’est de reprendre le contrôle de la société que l’on a laissée aux mains des chantres du système économique. La richesse générée par cette société est de plus en plus colossale, mais elle n’est partagée que par ceux qui exigent une rentabilité de plus en plus grande de leurs placements financiers.

 

Agir autrement, c’est la Bérézina du monde politique traditionnel qui obéit aux lois du fameux marché, aux délocalisations et aux exclusions diverses car la tutelle, tout en réduisant ses subventions aux pouvoirs locaux que nous sommes, nous contraint à faire payer la facture par la population. Ce sont les habitants des communes pauvres comme Courcelles qui en subissent les conséquences : problème d’emploi, d’éducation, de logement, d’insalubrité, de communication.

 

restos_coeur_lille16

Voici pour les partis de progrès un fameux enjeu pour s’opposer à la désespérance des franges fragilisées ou apeurées de notre société. L’heure du choix budgétaire va bientôt sonner. On ne pourra plus engranger de nouvelles recettes, tant que la volonté politique n’existera pas pour récupérer les montants pharamineux qui échappent à l’impôt ou qui sont insuffisamment taxés. Le refinancement des communes passe par un meilleur partage des impôts collectés et une solidarité entre communes riches et communes pauvres. Le riche des communes riches profite à peu de frais de services communaux de qualité tandis que le pauvre des communes pauvres paie très cher des services de plus en plus onéreux et de moins en moins efficaces.

 

Des exemples, suite à ce constat général !

 

Notre commune est sale. Voici 18 ans que je siège dans cette assemblée, voici 18 ans que je ne vote pas notre contribution à l’ICDI, mettant en cause du même coup la collecte, le recyclage et la destruction des immondices. Inutile de vous rappeler que les élus UCPW n’ont jamais admis le coût du sac poubelle et sont opposés à la taxation visant, soi-disant, à rencontrer le coût vérité du traitement des déchets. Nous avions sans doute raison trop tôt, car les affaires carolos nous ont prouvé que ce domaine pouvait être particulièrement rentable pour certains profiteurs qui jettent le discrédit sur l'ensemble de la classe politique. Ce rejet  s’exprime en  langage démagogique  par l’expression : "Tous pourris" Les citoyens attendent impatiemment que leur soit calculé le coût réel du traitement des déchets, déduction faite des dépenses qui ne correspondaient pas à l’objectif même de l’ICDI.

 

déchets

Nous attendons aussi de la majorité qu’elle ait une attitude moins laxiste que celle qu'elle a pratiquée vis-à-vis des autorités policières de notre zone. Nous attendons de vous la présence préventive de la police dans nos quartiers pour faire face à toutes les incivilités au quotidien que beaucoup d’entre nos concitoyens ressentent comme des agressions, et je cite en vrac : échanges visibles de drogues, encombrement des rues où stationnent des automobilistes en double file, pour tout simplement bavarder, stationnement sur les trottoirs, voitures non immatriculées stationnant dans les rues, non-respect de la signalisation, dépôts clandestins, immeubles inoccupés transformés en dépotoirs, et j’en passe …

 

Contrer ces incivilités passe aussi par l’éducation des plus jeunes, cela va de soi, mais pour les adultes en défaut, plutôt que des amendes administratives, pourquoi ne pas envisager des travaux d’utilité publique ? Le domaine des incivilités semble être la préoccupation majeure de nos concitoyens.

 

Tout cela passe sans doute aussi par un effort dans le domaine culturel, en offrant à nos jeunes une vision d’un monde différent, autre que le miroir aux alouettes et la violence véhiculés au quotidien par les médias télévisés.

 

Enfin, pour conclure, Monsieur le Bourgmestre, nous croyons que vous serez attentifs aux propositions que nous ferons pour une meilleure approche participative de la politique communale et un renforcement des contacts avec les citoyens.

 

Votre volonté s’est déjà marquée par l’intention d’aborder cette problématique au niveau du Règlement d’Ordre Intérieur de notre conseil. De commun accord, nous avons convenu de nous revoir et de collaborer loyalement dans la transparence la plus totale, pour permettre au mieux la participation des citoyens tout coupant du même coup les ailes à toute approche récupératrice ou démagogique  par certains.

 

Comme à l’accoutumée, l’UCPW exercera la totalité des droits que lui offre la loi : droits de regard et de contrôle. Vous en êtes certainement persuadé mais sachez que vous nous trouverez à vos côtés pour défendre des projets qui rencontrent réellement les attentes de notre population.

 

Opposition critique certes mais constructive !

 

Je vous remercie de votre bonne attention.

 

23:15 Écrit par UCPW dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/01/2007

 Le Petit Rapporteur n° 11

Aurélio CIGNA est définitivement écarté.

CYGNA

 

Lors de la dernière séance de l’ancienne législature, le 20 novembre dernier, c’est à Philippe Hennequière conseiller MR non réélu, que revint le rôle de signifier à l’assemblée que le MR allait se séparer de Monsieur Cigna comme ce dernier ne voulait pas se plier à la discipline de son groupe politique. Monsieur Cigna qui a obtenu sur son nom le vote de 838 de nos concitoyens se voit mal récompensé par son parti qui, avide de partager le pouvoir avec le parti socialiste n’a revendiqué qu’un seul mandat d’échevin. Rappelons que le PS a obtenu  plus ou moins 36 pourcent des suffrages et le MR 20 % (grâce à Monsieur Cigna car sans lui, ils perdaient un élu qui revenait automatiquement au PS). Cela aurait dû représenter grosso modo une représentation équilibrée de 2/3 d’élus PS et 1/3 d’élus MR soit au minimum pour les libéraux l’exigence de 2 échevins. Mais comme ni le MR ni le PS ne voulaient de Monsieur Cigna, électron plus que libre, incontrôlable tant dans ses propos que dans ses comportements, il fallait se plier au diktat du PS. Si ce dernier acceptait deux élus, il pouvait reconduire son alliance avec le cdH qui, durant six années, a été très loin d’être un partenaire fiable et solidaire. Or, il y avait aussi la possibilité de construire une alliance de progrès en inaugurant une tripartite avec ECOLO et l’UCPW qui demandaient chacun un échevinat. Trop gourmands a clamé la vieille garde du PS qui veut tirer les 6 années qui se profilent sans supporter le moindre dérangement dans ses comportements. Rien à faire donc avec des emmerdeurs comme Tangre, Clersy qui vont venir avec leurs innovations ! Et puis aussi, il faudra accepter le retour d’Ernest Glinne, l’ancien rebelle.

Ils ont eu raison, ils auront la paix.

Pauvre nouveau et jeune mayeur, aurez-vous le poids suffisant pour insuffler à ces mandataires en fin de carrière le souffle du renouveau? Nous en doutons. Bon courage toutefois, vous avez essayé. Vous n’avez pas été suivi. Rappelez-vous, même si vous n’êtes pas croyant que le Christ a été trahi par un des siens. Faites donc attention à ne pas l’être par les « vôtres » !

 


 

A propos du règlement d’ordre intérieur de l’enseignement fondamental.

 

Le conseil communal de Courcelles a approuvé l’ajout d’un point portant sur » l’interdiction de porter dorénavant tout couvre chef, de training

ou le fait d’amener GSM ou MP3 dans les bâtiments communaux ». Excellente initiative !

A cette occasion, le groupe UCPW demande un  éclaircissement à propos du projet pédagogique qui serait développé dans l’enseignement communal.

Le Bourgmestre, André Trigaut, échevin de l’enseignement, répond à l’interpellant qu’il existe un projet pédagogique par siège d’école.

Cette réponse à elle seule, démontre bien qu’il n’existe donc aucun projet pédagogique réellement élaboré pour l’enseignement courcellois. Ce projet, estime l’opposition de gauche radicale est pourtant indispensable car  la leçon à tirer des résultats électoraux montre cette urgence et sa nécessité. Il faut qu’à Courcelles, un projet soit développé avec la collaboration de des enseignants. Ce projet doit porter sur la connaissance par tous nos écoliers de leur environnement, de la connaissance du passé industrieux de la région, de la protection de l’environnement, des principes de solidarité, de justice, de paix et de lutte antiraciste.

 


 

Décembre 2006 : installation du nouveau Conseil communal.

 

SOEUR

C’est tout un cérémonial compliqué qui a présidé à l’installation du nouveau Conseil communal.

° L’ancien Bourgmestre fait prêter serment –dernier acte officiel- au conseiller communal le plus ancien en préséance. Ici, il s’agit de Pol Quériat qui siège sans discontinuer depuis 1971.

° Ce dernier à son tour fait prêter serment à tous les conseillers élus le 8 octobre :

-          12  PS et 5 MR qui forment la majorité.

-          4 cdH, 3 ECOLO, 1 UCPW, 1 indépendant (M Cigna, voir  ci-devant) et 3 F Nat.

° Il fait ensuite prêter serment au futur Bourgmestre, Axel Sœur.

° Ce dernier ceint l’écharpe mayorale et va appeler tour à tour les nouveaux échevins : 6 PS (Annick Pollart, Flora RICHIR, Roland LEMOINE, Michel, Krantz, Christian HANSENNE, 1 MR, Jean-Claude MEUREE et le président du CPAS Fernand PAYEN.

Avant d’en terminer, le nouveau Bourgmestre donne connaissance de la répartition des élus au CPAS entre les différents groupes politiques ;

La séance se déroulera très protocolairement car aucune intervention n’est prononcée à l’exception de l’UCPW, qui, par la bouche, de son seul représentant maintenant, Robert TANGRE, fait remarquer que qu’il y a inégalité de pouvoirs entre les diverses représentations politiques puisque les groupes indépendants et UCPW ne pourront obtenir d’élu au sein du CPAS vu leur faible représentation électorale. Inégalité, injustice, manque de respect pour l’électeur qui vote pour des élus à 100 de pouvoir et non des élus au pouvoir limité. Il fait remarquer qu’il va faire étudier par des hommes de loi la possibilité d’introduire un recours contre la loi.

Séance brève pour ne pas permettre à l’extrême droite de prendre la parole lors de cette première assemblée et surtout, sans doute pour éviter au nouveau Bourgmestre de leur serrer la main pour les féliciter comme cela s’est toujours fait depuis des lustres.

Il faut aussi souligner que lors de la prestation de ces trois inconnus, les huées ont remplacé les acclamations du public ou des autres formations politiques.

De leur côté, les trois élus ECOLO et l’élu UCPW, leur tournèrent radicalement le dos lors de leur prestation de serment pour leur montrer le grand autocollant qu’ils arboraient dans le dos «  je dis non à l’extrême droite ».

Il faudra pourtant supporter leur présence mais surtout leur donner l’insignifiance qu’ils méritent, eux les porteurs des –sans doute justes- protestations d’électeurs mal dans leur peau, de déçus de la politique en général, de gens subissant, jour après jour, les attaques les agressions contre leur pouvoir d’achat et de tous ceux qui veulent infliger un vote sanction au Parti socialiste pour sa mauvaise gestion et ses pratiques intolérables. Ce vote sanction a atteint toutefois tous les partis porteurs de vraie valeurs de gauche : la justice, l’égalité de tous les citoyens devant la loi et la solidarité puisque L’UCPW et les ECOLO ont perdu chacun un siège alors que depuis des années ( 18 ans pour l’UCPW),  alors que ces partis ont toujours été à l’écoute de leurs concitoyens et ont toujours été leurs porte-parole au sein du Conseil communal.

Pour nous UCPW, que nos concitoyens sachent que nous continuerons dans la voie que nous avons toujours pratiquée : rester à leur écoute et lutter à leurs côtés. Il est pénible pour notre groupe politique de voir arriver au sein de cette assemblée des gens qui sont les porteurs d'idéaux basés sur le rejet de l’autre, rejet de l’étranger, rejet des chômeurs désignés comme profiteurs, rejet des exclus, minimexés et autres, rejet du travail des femmes, rejet des syndicats. L’UCPW est et restera un groupe de gauche radicale, réellement socialiste qui continuera le travail de ceux qui l’ont portée sur les fonds baptismaux, à savoir l’alliance entre les membres du Parti communiste représenté à Courcelles depuis 1932, du Rassemblement wallon, représenté dès 1971 et de tous les socialistes indépendants, chrétiens de gauche, environnementalistes, syndicalistes de toutes tendances avec lesquels ils ont fait alliance.

NOUS SIGNONS DONC ET NOUS PERSISTERONS !

Qu’on se le dise !

 


 

Nous n’admettons aucune excuse !

 

cocriamont

Nous n’admettons aucune excuse !

 

Lors du Conseil du 20 décembre réuni spécialement pour voter les modifications budgétaires du CPAS, le F Nat avait déposé une interpellation portant pour toute information le mot «Excuses ».

Jamais, depuis 18 années, nous n’avions vu un groupe autorisé à développer un sujet sans motiver le contenu de celui-ci. Nous avons été servis. Il s’avérait que le chef de groupe F Nat voulait se donner une façade respectable en voulant se dédouaner du geste posé  par un coreligionnaire lors de sa prestation de serment à Charleroi, cet individu qui n’a pas hésité à faire le salut nazi. Provocation ? Non, dit, le communiqué explicatif  des instances du FN : «  L’homme était blessé à la main ».

Ne pouvant supporter pareil dédouanement, Robert Tangre intervint pour rappeler que lorsqu’on adhère à un parti, on y adhère en toute connaissance de cause, de son programme et en totale adhésion avec celui-ci. Mais fait remarquer l’élu UCPW : « Lorsqu’on adhère à un parti, on accepte aussi les compagnonnages même s'ils sont douteux.

…surtout lorsqu’on adhère à un parti dont le président a été condamné dans le passé pour faux certificat médical,

;;; surtout lorsque le même individu a été condamné récemment à 10 ans d’inéligibilité pour apologie du racisme,

… lorsque le secrétaire de ce parlementaire, webmaster du site internet de ce parti a été condamné à 7 années de la même peine,

…lorsque la tête de liste élue à Charleroi a prêté serment en 1994 à Anderlecht en faisant  le même le salut nazi,

…lorsque plusieurs militants de ce parti  (dont des élus nationaux siégeant au niveau fédéral) ont eu maille à partie avec la justice pour négationnisme, pour apologie du nazisme, en témoignent les visites* à Léon Degrelle par certains membres voulant se débarrasser, aujourd’hui, de leur encombrant président A VIE (vive la démocratie !), L’interpellant UCPWconclut ainsi son intervention, avec conviction lorsque  le Bourgmestre lui demanda de conclure : « L’UCPW n’accepte aucune excuse car on choisit librement son compagnonnage ou l'on démissionne si on estime qu'il est nuisible »

*Nous reporterons nos lecteurs au site http://www.resistances.be/ qui les informera des visites que les futurs prétendants à la direction du FN ont faites à Léon Degrelle, ancien dirigeant du parti REX d'avant-guerre, collaborateur et commandant de la division SS « Wallonie », condamné par contumace par la justice belge…mais mort de vieillesse à plus de 90 ans en Espagne (Vive l’Europe !)

Honte !

Surtout pour l’UCPW, dont une de ses composantes est héritière du parti rebaptisé  après guerre « Parti des  2000  fusillés »!

 

 

23:13 Écrit par UCPW dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |