14/06/2009

Le Petit Rapporteur Courcellois (juin 2009)

Situation des anciens bâtiments scolaires de Rianwelz cédés à Chacun son Logis.


cité de rianwelz

Cette photo a été prise en 2007

Il y a plus de deux années, nous avons souscrit un accord avec la SCRL A Chacun son Logis, me semble-t-il pour transformer certaines anciennes classes de l'école de Rianwelz en logements unipersonnels.

Permettez-moi de vous demander de regarder les photos que j'avais prises en 2007 illustrant l'avancée des travaux.

J'avais déjà dénoncé à cette époque le manque de sérieux de l'entreprise soumissionnaire ou tout simplement des exécutants: portes ouvertes permettant toutes les intrusions, matériaux laissés à disposition de tout un chacun, déchets non évacués,...

Depuis lors la situation n'a pas évolué. Pire elle s'est dégradée: certains travaux ont continué mais ils sont aujourd'hui arrêtés et que constate-t-on: " Vitrages des fenêtres cassés et remplacés par de coûteux panneaux en bois marin, descentes de toiture des eaux pluviales non placées ou plutôt disparues, sonnettes disparues, diverses dégradations sur les façades et les portes. Impossible de voir les dégradations intérieures et pourtant il y aurait aussi du vol de sanitaires, les finitions des cheminées auraient disparu ainsi que les taques doubles fonds des chambres de visite des égouts... "

Les craintes que j'exprimais il y a deux ans étaient bien fondées. Comment en est-on arrivé à une telle situation? C'est notre argent, l'argent de nos concitoyens qui est galvaudé. Qui sont les responsables. Les anciens gestionnaires de ACSL? Sinon qui d'autre? Quel était l'accord signé avec ACSL? Comment les travaux ont-ils été réalisés, par le personnel de la société ou par une entreprise soumissionnaire ? Ces travaux ont dû être réalisés dans le cadre d'un accord de financement par la Région wallonne. Est-elle au courant de cette situation malsaine? Je me chargerai d'ailleurs d'en avertir le ministreresponsable. Quelles démarches avez-vous entreprises pour accélérer la finition rapide de ces travaux? Je ne puis exprimer qu'une opinion: "un vrai scandale!"

Résumé du débat qui suivit cette interpellation :

M. LEMOINE répond qu’il n’y a pas de convention avec la société d’habitations sociales à qui nous avons vendu le bien. Le chantier relève entièrement de la société. Eventuellement, nous pourrions poser des questions lors de la prochaine assemblée générale. Il ajoute que l’asbl Progrès et Culture dispose de parts sociales de ACSL, son représentant pourra poser la question lors de l’assemblée générale qui se tiendra très prochainement.

M. SOEUR admet que les travaux de réalisation vont finir par coûter très cher.

M. LEMOINE déclare que nos mandataires sont tenus de faire rapport auprès des instances qui les a désignés.

M. HANSENNE a proposé uniquement de réaliser une tranchée pour enterrer la conduite de gaz dans le souci d’aider « A Chacun son Logis ».

M. TANGRE déplore que pour placer des panneaux de protection, on fore dans des châssis et des portes neufs

M. SOEUR déclare que l’interpellation sera transmise à « A Chacun son Logis », mais que nous attendrons toutefois l’assemblée générale.

En conclusion :  Monsieur Lemoine confirme par ses paroles ce que le conseiller UCPW n’a cessé de répéter durant des mois si pas des années à savoir que les conseillers communaux membres du Conseil d’Administration de la société ont comme devoir de rendre des comptes devant le conseil communal. Dommage qu’il se soit tu si longtemps lorsque l’ancien vice-président de la société à savoir Monsieur Xavier RICHARD se démenait sur son siège, tout excité lorsqu’il refusait de communiquer la moindre information. Il a été forcé de partir, par la petite porte, personne ne le regrettera à commencer par l’UCPW.


 

Le vandalisme nous coûte cher.


agoraspace-miaucourt

En avril dernier, le Conseil communal était appelé à se prononcer pour effectuer des travaux  de renouvellement du sol et de rénovation du terrain omnisports de la Cité Guéméné Penfao. C’est ainsi qu’un emprunt de 50.000,00 € remboursable en 10 ans a été voté.

Le recouvrement de cette aire de jeux est en matière synthétique et devrait durer de nombreuses années avant d’être remplacé. Malheureusement, comme le faisait remarquer Robert Tangre, à notre époque, le respect du bien public n’existe plus et personne n’a appris aux jeunes qui se sont amusés à décoller et arracher morceau par moreau ce recouvrement que c’était la collectivité qui allait payer. Mais que veut encore bien dire ce mot pour beaucoup d’entre nous. Beaucoup de jeunes et malheureusement de très nombreux moins jeunes ignorent que le bien collectif nous appartient à tous. Que la réparation des dégradations volontaires faites pour bête plaisir, c’est toute la collectivité qui va y aller de ses deniers. C’est vous, c’est moi, c’est eux, si pas eux comme dirait le loup à l’agneau ton frère, ta sœur, ton père ira de sa poche lorsque les impôts augmenteront.

Sans doute ai-je vieilli, suis-je devenu un moralisateur et ne suis-je pas mis au goût du jour ?

Robert Tangre


 

 

La médiation communale ne chôme pas.

C’est en fin de la dernière séance du Conseil communal du mois de mai que la médiatrice communale, Madame Marie-Maud Anciaux est venue présenter son rapport annuel. Celui-ci fut largement apprécié par l’ensemble des conseillers présents.

485 plaintes en un an, 16 % de plus qu’en 2007, voici bien du travail pour cette personne qui tente d’aider au mieux nos concitoyens.

Tout Courcellois se doute bien que le plus grand nombre de réclamations concernent l’environnement courcellois qui ne cesse de se dégrader, le service des travaux où le suivi des dossiers n’est pas traité avec toute la rigueur nécessaire, et pour terminer la toute grosse critique est l’absence de gardiens de la paix dans les quartiers.

L’UCPW adresse tous ses remerciements à Madame Anciaux pour les services rendus à la population. Vous trouverez, ci-après, l’intervention de cette dernière, parue dans la Nouvelle Gazette du 29 mai dernier.

Robert Tangre
Conseiller communal


médiatrice-communale

 


 

Pourquoi dénoncer les écotartufes ?

conteneur1

C'était le chancre Piraux-Page. 20 années de combat citoyen pour les obliger à quitter les lieux. La protection politique était importante.

Le programme de l’UCPW accorde une place importante à la défense de l’environnement .

Depuis les 20 dernières années, notre mouvement , dans de très nombreux combats, s’est trouvé confronté à des groupes économiques puissants, que bien souvent le pouvoir communal dominant ne voulait pas  ou avait peur d’affronter .

Rappelons quelques-uns de ces combats et les puissances auxquelles nous nous sommes trouvés confrontés .

-         CET sur le terril N° 5 : Cockeril-Sambre (à l'époque la Région Wallonne)
-         Décharge Page-Piraux : le groupe Page repris par la multinationale Shanks and Waste
-         Incinérateur à la glacerie : la grande société TEMEREC
-         Le ferrailleur Keyser à la Motte
-         La SA Forever à la Motte
-         Les exploitations de terrils : la multinationale Ryan Europe
-         La société Moinil, filiale du groupe Albert Frère
-         Les sociétés de la Glacerie : une filiale du groupe Wagner
-         Les anciens établissements Hérail : une filiale du groupe Wagner
-         Et qui derrière Trafic, sur l’ancienne place Ransy ???

En conclusion, défendre l’ environnement, c’est s’opposer à des firmes, des groupes économiques puissants, bénéficiant malheureusement de relais parfois importants dans le monde politique .

Robert Tangre
Conseiller communal

 


 

Qu'est ce qu'un éco-Tartuffe et qui sont-ils ?

"[...] Cher Nicolas Hulot, je vous enjoins de vous retirer de l’écologie politique à laquelle vous avez fait plus de mal en un an que toutes les forces productivistes, droite et gauche confondues, depuis les années 1970, lorsque l’écologie est entrée en politique.

Bien sûr, vous êtes avant tout le produit des forces qui vous manipulent : E. Leclerc, L’Oréal, Bouygues, TF1 et plus largement les multinationales qui vous financent, mais aussi la droite néolibérale de Nicolas Sarkozy.

Ce n’est pas à votre personne que nous en voulons mais à l’offensive idéologique dont vous êtes le cheval de Troie le plus abouti. Vous incarnez de manière pratiquement parfaite la capacité du néolibéralisme à digérer sa contestation et à semer la confusion chez ceux qui lui résistent. Vous êtes d’autant plus efficace que vous en semblez totalement inconscient. L’idéologie dont vous êtes le vecteur conduit à dépolitiser l’enjeu écologique et la réflexion sur le productivisme. Elle amène à penser que la société de consommation ou le néolibéralisme sont compatibles avec la préservation de la planète. [...]"

Suite sur :

 

 

 

19:32 Écrit par UCPW dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |