14/07/2009

Le Petit Rapporteur Courcellois (juillet 2009)


Axel SoeurLa majorité courcelloise ne se porte pas bien . Chaque Conseil communal prouve que le premier parti courcellois est bien malade depuis les dernières élections comunales et surtout depuis qu'Axel SOEUR, le nouveau Bourgmestre a mis en cause la gestion de ses prédécessurs dont quatre d'entre eux siègent encore au sein du Conseil communal, trois font d'ailleurs partie du présent Collège communal. Les Echevins Krantz, Lemoine et Hansenne n'ont pas digéré la pilule tout comme le chef de groupe PS, ancien échevin des finances, Pol QUERIAT qui s'est vu refusé la présidence des habitations sociales. Dans les interventions de certains conseillers socialistes, on perçoit le divorce. Et dans les apartés, les divergences sont dites très clairement. D'autre part, les heurts avec l'échevine des finances, Annick Pollart ( qui accomplit pourtant un travail remarquable) sont réguliers.

Si le résultat électoral de l'actuel borgmestre fut honorable , il ne l'a pas dû à ses propres corélégionnaires comme en témoigne l'article que nous avons récupéré sur le site de La Dernière Heure. Publiquement, cela se traduisait par le fait que de nombreux militants socialistes n' avaient pas placé l'affiche de leur chef de fil à leur fenêtre.

Bourgmestre au soutien limité : candidat, Axel Sœur reçoit un appui peu soutenu du PS Courcellois

Sans doute Axel Sœur pouvait-il s'attendre à un plus grand soutien des socialistes de son entité. Choisi par la fédération du PS pour être le sixième candidat effectif sur la liste régionale, le bourgmestre de Courcelles n'a pas bénéficié dans ses propres rangs du soutien généralement apporté au premier citoyen d'une commune.

Christian Hansenne, le 1er échevin dit de façon fort générale soutenir la liste PS alors qu'un de ses fils, hier encore membre de la section PS de Courcelles, expose à ses fenêtres des affiches des candidats d'autres partis, celles de Caroline Taquin (MR) en tête. Parmi les membres du collège, le soutien à la personne d'Axel Sœur est marqué par une absence manifeste de chaleur. Roland Lemoine, 3e échevin affirme qu'il soutient tous les candidats de la liste PS : "J'ai une philosophie de parti", affirme-t-il tout en reconnaissant que la mise sous tutelle de l'USC a en son temps créé des dissensions parmi les camarades courcellois. "Sans cela, il y aurait peut-être eu plus de fraternité entre les membres", ajoute-t-il. En dehors du Collège mais toujours à l'intérieur de la majorité, le conseiller communal PS Pol Queriat va dans le même sens :" Je soutiens la liste socialiste", explique-t-il, "tout en restant neutre".

Axel Sœur ne nie pas que les rangs du PS sont animés par une certaine rancœur depuis le dernier scrutin communal. "Elle ne s'exprime pas de façon directe", explique-t-il. "Mais de manière latente, à certains moments seulement. Il ne faut donc pas exagérer sa portée. Je suis tout de même satisfait du soutien que je reçois des habitants de la commune".

Mathieu Colinet


 

L’état d’un trottoir de la rue Monnoyer est particulièrement déplorable.

trottoir-Monnpoyer2

A plusieurs reprises, dans le passé, j’étais intervenu pour dénoncer l’état de certains trottoirs endommagés par le passage ou le stationnement réguliers de véhicules particulièrement lourds. C’était le cas rues des Combattants et Denis. Monsieur Hansenne fit rénover l’entièreté de plusieurs trottoirs du quartier et consolider l’assiette de ces derniers sur lesquels devaient passer des véhicules.

Une situation semblable existe à un endroit précis à la rue Philippe Monnoyer. Le trottoir qui donne accès au parking des mutualités chrétiennes et aux nombreux garages situés en arrière-plan est dans un état pitoyable. Les dalles sont disjointes et écrasées.

L’endroit présente un danger pour tous les piétons et plus particulièrement pour les vieilles personnes, les invalides ou handicapés et les mamans avec leurs landaus.

Lors de la précédente législature, sur proposition de Monsieur Quériat, le Conseil avait approuvé la mise à disposition, gratuitement, de matériaux pour que les particuliers puissent réfectionner eux-mêmes leur trottoir. Il est inutile de rappeler que les trottoirs ont été payés par les riverains sur la longueur de leur propriété et qu’ils doivent procéder à les garder en l’état.

Ici la situation se corse car les véhicules qui endommagent les trottoirs se rendent tant sur le parking des mutualités qu’en direction des garages. Si nous n’avions que deux propriétaires, la solution pourrait être simple, il suffirait de partager les frais de réparation de façon équitable entre deux parties. Cependant d’après les informations que j’ai recueillies, si les garages ont bien été construits par un propriétaire, avec les années, certains ont été vendus et le nombre des parties amenées à intervenir dans le coût de la réparation complique bien le problème.

Quelles solutions, le Collège pourrait-il proposer pour obtenir une réparation rapide des lieux après consultation de l’ensemble des parties 

Le débat :

M. SOEUR rappelle qu’une prime par 25 euros/m2 est prévue pour aider les riverains à réparer leur trottoir.

M. TANGRE déclare que dans ce cas bien précis, le trottoir est la propriété de divers occupants. Il faudrait dès lors se concerter pour trouver une solution équitable. Il serait sans doute souhaitable de renforcer l’assiette des trottoirs.

M. HANSENNE a demandé au service Travaux d’intervenir auprès des mutualités chrétiennes. Nous réparerions nous-mêmes et fixerions un montant au prorata.

Et comme d’habitude, attendre et espérer que l’interpellation ne soit pas oubliée.

  


 

Geneviève Tabouis avait raison: il y a bien eu du rififi au sein du Collège communal de Courcelles comme en témoigne l'article ci-dessous extrait du Journal "La Dernière Heure" du 16 juillet dernier. Mademoiselle Pollart est revenue sur sa décision, l'UCPW s'en réjouit car le travail réalisé par cete échevine avec tout son personnel des finances mérite toute notre considération.

L'échevine Annick Pollart a failli démissionner

annick pollartCollège communal éprouvant, ce mercredi après-midi. En effet, on a échappé de justesse à la démission de l'échevine en charge des Finances, Annick Pollart. Voulait-elle abandonner son mandat en cours ou simplement être dégagée de ses responsabilités en matière de finances ? L'affaire n'est pas très claire.

On apprend toutefois que ce n'est pas la première fois que l'échevine évoquait la possibilité de quitter ses fonctions. Et le bourgmestre, Axel Sœur, a précisé que, cette fois, sa lettre de démission était bel et bien rédigée.

Cependant , il semble qu'en fin d'après-midi, la crise était passée. Et la missive rangée au placard. "Après de longues discussions, Melle Pollart est revenue sur sa décision, il n'est plus question qu'elle démissionne", a encore déclaré le bourgmestre, non sans soulagement.

FVL


 

A propos du compte 2008.

Le compte communal doit toujours être soumis à l’appréciation du Conseil communal avant le 31 mars de l’année qui suit. Il aurait donc dû nous être présenté avant le 31 mars 2009. Nous ne critiquerons toutefois pas le travail réalisé par Madame Pollart et son équipe car nous avions tellement pris l’habitude de voter le compte en octobre et parfois novembre. Rendez-vous compte du progrès réalisé…

Place au débat :

M. CLERSY (ECOLO) salue le travail effectué mais constate qu’en matière d’E-Compte, les progrès ne sont pas spectaculaires. Il pense qu’il faudrait sans doute adresser un courrier au Ministre Courard pour l’aider à faire progresser l’outil.

M. SOEUR déclare que le programme a été d’abord développé pour les CPAS et que nous sommes toujours en phase de test.

Rappelons à ce propos que Courcelles avait été choisie par le ministre pour présenter cet outil destiné à faciliter la compréhension des conseillers communaux.

Melle POLLART, de son côté, admet que le CPAS de Courcelles a eu l’opportunité de servir de pilote. Au niveau de la Recette communale, des efforts sont faits mais il subsiste quelques problèmes.

M. TANGRE remercie l’Echevine, la Receveuse et le personnel pour le travail accompli. Il met toutefois en exergue les 3 points ci-après :

1. Il constate l’ augmentation des frais de fonctionnement notamment ceux du Centre de tri communal, parce que, déclare le conseiller UCPW, des firmes privées (qui travaillent pour la Commune) ont déposé leurs déchets sur le site. Il souhaite qu’une vérification intervienne.

M.TANGRE précise qu’à une certaine époque les clôtures ont disparu et que des firmes privées ont déposé gratuitement et ont fait payer la Commune deux fois : une première fois pour l’enlèvement des déchets, conformément au cahier des charges et une seconde fois pour l’évacuation des mêmes déchets par le service des travaux.

M. SOEUR admet qu’il y a eu une série de problèmes au Centre de tri. Pour s’être rendu sur place, il y avait effectivement des déchets d’inertes qui dataient de quelques années. Le Collège a fait procéder au nettoyage complet du site, la clôture a été réparée et un employé est affecté au Centre.

2. Autre constat : l’augmentation des frais d’électricité et de chauffage facturés par la société  Luminus. Outre le manque de sérieux du service de facturation de cette société et le coût élevé de l’électricité fournie, M. Tangre considère que sous prétexte d’énergie verte, les anciens monopoles de l’électricité ont racheté les petites sociétés concurrentes fixant du même coût des prix très élevés. Il rappelle que le Conseil communal de Courcelles s’est déchargé de ses responsabilités en confiant le choix du fournisseur d’électricité à une centrale d’achat prétextant que cette dernière rassemblant toutes les institutions publiques aurait un poids suffisant pour faire baisser le coût de l’énergie. La commune s’est ainsi privée de tout pouvoir de choix. Il demande en conclusion à l’Echevine des finances de relire le contrat qui nous lie à cette centrale d’achat afin de mettre fin si possible au contrat qui nous lie avec la centrale d’achat.

Melle POLLART donne raison au conseiller UCPW lorsqu’elle lui répond qu’au niveau du gaz,  on peut constater que les graphiques des coûts ont pratiquement doublé. L’Eco-conseillère a été chargée de prendre contact avec IGRETEC car il  semblerait qu’Electrabel soit plus raisonnable au niveau du coût des diverses fournitures. Elle va demander des comptes à Luminus et envisage de discuter du problème au sein d’une Commission communale.

M. CLERSY déclare qu’il y a des bénéfices à réaliser au niveau de l’énergie verte. Dans le Brabant wallon, la centrale d’achat est plus exigeante et le rendement est assez élevé. Il n’y a pas d’appel d’offre au niveau des projets éoliens et cela va à l’encontre de ce que préconise la Région Wallonne.

Melle POLLART admet que la puissance politique des communes est plutôt faible vis-à-vis des intercommunales.

3. M. TANGRE partage les propos de M. CLERSY, au niveau de l’E-Compte. Nous avions un outil communal performant ( Nouvelle Comptabilité). Le conseiller souligne qu’il avait été enthousiasmé par la présentation, mais des changements ont été apportés et il faut constater que l’outil mis à la disposition des communes n’est guère performant. Il regrette en outre que les garanties employées auparavant dans la Nouvelle comptabilité communale ont tout simplement disparu

M. PAYEN déclare qu’au niveau du CPAS l’E-Compte est devenu fonctionnel, mais toujours en phase d’essai. Lorsque laReceveuse constate certaines anomalies elle les communique à la RW dans un soucis d’amélioration.

Le Compte communal de l’exercice 2008 est alors admis par 17 voix et 04 abstentions.

 


 

Attendez-vous à savoir.

tabouisgenevieve-4810113c254ceLes personnes de mon âge se rappelleront cette vieille chroniqueuse qui commençait son communiqué quotidien sur RTL radio par la formule "Attendez-vous à savoir."

Reconnaissable entre mille, sa voix attirait l'attention du public car Geneviève Taboui l'énonçait d'une voix super  nasillarde.

Imaginez-vous être en 1950 . Vous écoutez cette vieille femme. Vous êtes en haleine.

" Attendez-vous à savoir que les désaccords s'aggravent au sein du Collège communal de Courcelles. Des tensions existeraient depuis les élections entre une personnalité bien connue du MR et le Bourgmestre. Cela pourrait, si la situation s'aggravait, provoquer un éventuel renversement de majorité.

Le PS risquerait alors de se retrouver dans l'opposition ou pourrait même imploser. Un "désamour" s'étendrait aujourd'hui au sein du Collège communal. De toute dernière minute, il nous revient qu'une démission serait annoncée.

Attendons demain ou les jours à venir pour connaître la suite des événements.

Le Furet.

00:31 Écrit par UCPW dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.