15/08/2010

Trazegnies: la voiture d’Orpha (78) brûlée

Roger Hubeau.jpgDécidément, les cités de Trazegnies ne sont pas épargnées par des actes de malveillance. Les nuits y sont chaudes, très chaudes et tout semble se dérouler dans l’indifférence la plus totale. En témoignent trois incendies de voitures dans cette petite cité du Butia, autrefois si paisible et ce, semble-t-il depuis la construction de l’agoraspace destiné aux jeunes enfants du lieu mais devenant, la soirée venue, le lieu de rassemblement de populations plus âgées. Les victimes des actes inadmissibles sont des personnes âgées ou peu fortunées qui ont investi bien souvent leur petit capital dans l’achat d’une voiture, leur seul luxe. Un cocktail Molotov et l’ensemble est réduit en cendres mais aussi en cendres amères.

 

L’article qui suit décrit l’incompréhension de cette dame âgée et nous ne pouvons que dénoncer comme elle et ses voisins,  ces actes imbéciles, crapuleux.

 


La voiture d’Orpha a été totalement détruite.

Orpha n’a plus de voiture: le feu l’a totalement détruite. L’œuvre de vandales qui terrorisent le quartier du Butia. Ces Trazegniens n’en peuvent plus. Ils racontent leurs nuits passées à éteindre les incendies.

Le sang de Jean-Luc Denayer (48) et de Roger Hubeau (44) n’a fait qu’un tour, dans la nuit de jeudi à vendredi. Il est 2h30 du matin quand une Peugeot 206 est en proie aux flammes. C’est celle d’Orpha, leur voisine de la rue Butia. Âgée de 78 ans, celle-ci dort quand Roger hurle pour la réveiller. Le feu commence à attaquer sa fenêtre. L’asphyxie menace. Heureusement, la dame entend son sauveur et sort.

“ Je l’avais depuis un mois et demi, cette voiture. Et je n’étais même pas assurée ”, regrette Orpha. Jean-Luc et Roger sont exténués. Voici des semaines qu’ils luttent contre les vandales en organisant des veilles. “ Il y a peu on a mis le feu à la mienne, mais là, heureusement, j’ai pu éteindre. Mais on en a marre. Ici, Roger et moi, nous veillons. Il y a beaucoup de personnes âgées. Elles sont apeurées, alors on se serre les coudes ”, explique Jean-Luc.
Sapins brûlés, maisons incendiées, nuisances interminables: les riverains de l’agoraspace n’en peuvent plus. “ Parfois, il y a quinze voitures avec autant de jeunes autour qui fument des pétards et font du boucan la nuit. Et puis, ils s’en prennent à nous en boutant le feu partout ”, soupire Jean-Luc.

Les voisins, alertés par notre présence, accourent: ils en ont gros sur la patate: “ Cela fait deux ans que ça dure. Mais ces gars de 15-20 ans sèment la terreur. C’est devenu dangereux. ”

Ces faits en rappellent d’autres qui ont eu lieu à Trazegnies, encore récemment. Orpha a eu de la chance. “ On espère qu’il ne faudra pas un mort pour que l’on renforce les patrouilles de police ”, concluent les gens du Butia.

Extrait de la Nouvelle Gazette

21:13 Écrit par UCPW dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.