16/08/2010

Intervention de Robert Tangre sur les problèmes d’insécurité

auto1.jpgSuite aux événements relatés dans la presse en mars dernier, l’opposition courcelloise (CDh, ECOLO et UCPW) avait demandé la tenue d’une table ronde réunissant toutes les parties pouvant être concernées par la problématique de la sécurité dans nos quartiers.


A cette réunion ont participé le Bourgmestre, des échevins, les chefs des divers groupes politiques représentés dans notre conseil communal, la police de la zone des Trieux, des représentants des TEC, des animateurs de rue, les responsables du plan de cohésion sociale, l’éco conseillère,…

Nous reproduisons ci-dessous un résumé de l’intervention du conseiller communal UCPW, Robert Tangre

Monsieur Tangre de l’UCPW affirme que le sentiment d’insécurité est bien réel et que devant l’absence de réponses des différents pouvoirs politiques, policiers et de la magistrature, il estime l’inquiétude des locataires normale vu qu’ils n’obtiennent pas de réponses à leurs interrogations

N’estimez-vous pas :

- que le fait de brûler une voiture paraît peut-être amusant pour certains mais ce sont les économies de gens peu fortunés qui s’envolent.

- qu’un chien dangereux se promène seul non muselé en rue. Lorsque le rapport de police est négatif, cela n’augmente-t-il pas également le sentiment d’insécurité ? (Flora Richir confirme la présence de ce chien en liberté dans les rues)

- que le fait de trouver des bouteilles brisées chaque jour devant sa porte ne fait qu’agacer de plus en plus certains habitants. Attendons-nous une réaction violente et personnelle regrettable de leur part pour enfin réagir ?…

Contrairement à la déclaration du Bourgmestre, Monsieur Tangre déclare que la presse est en réalité le seul porte-parole des riverains même si les témoignages relatés peuvent porter à caution et demandent vérification.

La responsabilité politique à Courcelles est évidente car elle réagit peu.

Il souligne comme négatives et particulièrement laxistes les réactions de la magistrature. Il se met à la place des policiers qui font le nécessaire pour trouver les fauteurs de troubles  et qui les voient relâchés quelques heures plus tard.

Le slogan « nique la police » est réellement appliqué car les jeunes délinquants retirent une gloire personnelle vis-à-vis des plus jeunes et sont considérés comme les caïds du coin. D’autres tentent à les imiter.

Quant à la police, il faut déplorer le manque d’agents de quartier. Robert Tangre estime que la réforme des polices est un réel échec. Auparavant, la gendarmerie et la police communale avaient des secteurs d’activités bien déterminés et la police communale effectuait un rôle préventif. Il propose qu’une réaction unanime soit dirigée vers les autorités de tutelle pour que le cadre policier de Courcelles soit enfin complet.

Il relate l’interview récente de la ministre de l’intérieur qui annonce l’arrivée de 175 policiers pour la Belgique mais souligne que le bourgmestre de Bruxelles en réclame déjà la plus grande part. Les Wallons vont-ils accepter continuellement d’être ignorés ?

Monsieur Tangre ne comprend pas pourquoi certains responsables politiques qui sont à la fois bourgmestres ou échevins mais aussi en même temps députés ou sénateurs, votent des lois qui vont à l’encontre de leurs propres intérêts de municipalistes et par conséquent vont à l’encontre de l’intérêt de  la population.

Enfin, de grosses responsabilités doivent être attribuées aux gestionnaires de la société «  A Chacun Son Logis » pour la non prise en considération des faits et la dégradation des biens des habitations sociales. Il rappelle que la société a le droit d’exclure des logements sociaux des habitants qui ne respectent pas le bail locatif (destruction des biens, stockage d’immondices, …) et dont certains membres de la famille troublent le voisinage. D’autre part, la société ne réagit pas devant les dégâts environnementaux causés aux biens donnés en location.

Enfin, il préconise un réaménagement de la place Guernica pour empêcher la présence les squats dans le quartier.

En fin de réunion, le conseiller regretta l’absence des principaux intéressés, les locataires des logements sociaux. Il nous fut répondu par le Bourgmestre let certains membres du Collège communal que le président du Comité Consultatif des Locataires et Propriétaires avait été invité.

Je vérifierai déclara, Robert Tangre en conclusion de son intervention.

13:32 Écrit par UCPW dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Bonjour Mr Tangre,
En effet,c'est à se demander s'il y à encore une véritable responsabilité politique dans notre entité...quand on voit le peu de considération que certains de nos élus Communaux adoptent vis à vis des locataires de la SLSP,celà en dit long...
D'une part,l'invitation à ce tour de table n'est jamais arrivée chez le représentant du "CCLP"(comité consultatif des locataires et propriètaires)dont je fais partie.
D'autre part,la promesse d'une seconde rencontre du même type avec cette fois la présence des représentants du CCLP et programmée pour le mois de Juin,n'à jamais eu lieu!!!???...serait-elle tombée complétement dans les oubliettes...comme bcp d'autres...???

Qu'est devenu le suivi et la volonté qu'affichaient bon nombre de nos responsables politiques de l'opposition (en front commun) de ce début d'année...blablabla..???

N'oublions pas que sans réactions et mesures concrètes,toute cette insécurité finira par être du pain béni pour l'extrême droite!!!

Merci de votre bonne attention.
Cordialement,
Serge Bergamo

Écrit par : Serge Bergamo | 16/08/2010

Les commentaires sont fermés.