19/11/2010

Ecole du Trieu des Agneaux: bel embrouillamini

PB170121.JPGSurprise agréable pour les parents conduisant leurs enfants a l école du Trieu des Agneaux: deux préaux avaient été érigés dans deux cours de recréation. Nos écoliers allaient donc se trouver à l’abri les jours de mauvais temps.

Le fait fut évoqué lors du conseil communal d’août dernier. Profitant de l’interpellation du conseiller CDH Pétré, Robert Tangre demanda si les travaux avaient été places sous la surveillance des autorités communales? En fait, le Collège communal avait-il autorisé une telle construction?


Il fallut bien admettre que le tout fut réalisé sans la moindre autorisation – du moins écrite. L’ école se trouvant en zone de discrimination positive, le chef d école a pu bénéficier d’un apport de 5000 euros venant de la Communauté française et la ligue de l’école déboursa le solde.

Ce 8 novembre, Monsieur Pétré remit le problème sur le métier. Le conseiller UCPW en profita donc pour donner son avis; Un constat: une construction est érigée sans permis de bâtir , sans appel d’offre, sans marché légal. Mus par le désir de bien faire et devant le manque de réactions du Collège suite à leurs demandes répétées de voir construire des préaux, les parents et les enseignants prirent les choses en mains et se placent donc dans une situation très inconfortable: la construction est illégale et leur responsabilité est engagée en cas d’accident car il n’y a pas de réception officielle du travail réalisé.

Robert Tangre doit constater qu’à Courcelles, tout est permis puisque personne ne voit pas qu’ une construction se construit sur le domaine public ou n’aurait-il pas feint de ne rien voir

Pourtant le surveillant des travaux était venu prendre les mesures nécessaires pour un tel ouvrage. Les mesures furent perdues. Le directeur des travaux, interpellé par le chef d école n’ aurait pas daigné se rendre sur place mais il aurait envoyé au directeur un épais dossier à remplir, dossier que ce dernier lui renvoya car il se jugeait inapte à effectuer ce travail et on peut le comprendre. A quoi sert donc le service des travaux?

L’échevin des travaux étant absent lors de ce dernier conseil, les réponses fournies par la majorité embarrassée ( Bourgmestre et échevin de enseignement) furent très vagues

En conclusion, Robert Tangre fit remarquer qu’ il ne s’agit pas de caisse noire comme le prétend le chef du groupe CDH mais d association de fait comme il en existe dans toutes les écoles, que ces associations existent aussi dans l enseignement dit libre mais que ce sont les membres de ces associations qui sont responsables individuellement devant la loi contrairement aux Associations Sans But Lucratif qui sont par elles-mêmes des associations chargées de protéger leurs membres à la condition bien sûr qu’ils ne sortent pas de la légalité.

Robert Tangre, en finale, demanda que tout soit fait pour légaliser la situation et protéger les personnes qui ont agi de bonne foi tout en se plaçant dans une situation inconfortable.

Les commentaires sont fermés.