23/07/2010

Est-il nécessaire de dépenser autant d’argent pour protéger les garages de la police au lieu de renforcer la sécurité?

Robert Tangre lit le courriel qu'un de nos concitoyens lui a fait parvenir

DSCN0588.gif« Je me permets de vous contacter afin de vous soumettre un fait qui me semble remarquable. Peut-être pourrez-vous" m'éclairer"? En effet, j'habite à Trazegnies, rue du Petit Champ, en face de l'entrée arrière de l'ancien Hôtel de Ville  où ont été construits une série de garages destinés au service de la police locale. Depuis quelques mois, je constate que du coucher du soleil à l'aube, l'éclairage de la cour reste toujours allumé ! Un détail ou une raison m'échappent peut-être, mais est-il utile de gaspiller autant d'énergie pour éclairer un espace qui reste vide de toute occupation après 17 heures, à la fermeture des bureaux et de la barrière ? J'ai joint à ce message une série de photos prises le soir ou le matin durant ces derniers mois qui vous permettront de mieux comprendre mon étonnement. »

Lire la suite

18:31 Écrit par UCPW dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/06/2010

Le Petit Rapporteur Courcellois (juin 2010)

 

4025 Wallons et Bruxellois ont émis un vote de préférence en ma faveur lors des récentes élections. Qu’ils (elles) en soient remercié(e)s.

Ces votes témoignent de la confiance qui m’est accordée. Confiance en la personne mais aussi et surtout au message de respect et d’écoute que mes amis et moi portons aux revendications de nos concitoyens. Confiance aussi aux propositions avancées par le Front des Gauches et plus spécialement dans le domaine de l’emploi dont la défense des services publics, la solidarité entre les générations,  la justice sous toutes ses formes, la lutte pour la paix et la défense de notre capital le plus cher, l’environnement.

Cette reconnaissance fut acquise sans que je n’aie collé la moindre affiche personnelle, sans passage quotidien sur les radios ou télévisions, sans aide de la presse régionale, presse qui fait campagne pour l’un(e) candidat(e), dédaignant ceux ou celles qui portent un discours alternatif.

 Malgré l’âge, j’estime que l’avenir est devant moi et que demain, on entendra encore parler de nous

 Nous vous fixerons bientôt rendez-vous, soyez donc attentifs au prochain communiqué de L’Union Communale Progressiste et Wallonne

robert n°18

13:12 Écrit par UCPW dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

22/04/2010

Le Petit Rapporteur Courcellois (avril 2010)

permanance du cclp

Le CCLP a aussi des blogs sur lesquels, les locataires et propriétaires peuvent trouver des informations qui peuvent les aider:

http://cclptraz.acsl.over-blog.fr 
                                     
http://cclp-acsl.skynet.be
 
 


 

 Campagne « Opération quartier propre » à la commune de Courcelles

Les gardiens de la paix et  les agents constatateurs se mobilisent du 19 au 24 avril 2010 pour une grande opération « quartier
propre ».

Nous cherchons des bénévoles et sollicitons votre participation ainsi que celles de vos contacts à notre action. Nous souhaitons mener la campagne par quartier et cherchons des personnes relais connaissant bien la problématique des déchets dans ce même quartier.

N’hésitez pas à nous proposer des zones de salissure que nous pourrons intégrer dans notre planning de nettoyage des rues.  

Si cette action est dans la lignée de ce que vous défendez et que vous souhaitez nous aider un après midi durant la semaine de campagne, nous pourrions nous rencontrer rapidement afin de déterminer la date qui vous conviendrait le mieux.

Vous pouvez nous contacter par mail ou au 071/46.69.32 -0478/94.29.57.

Nous allons promouvoir cette action par un affichage dans Courcelles, si vous faites partie d’une association, elle sera reprise sur les affiches.

La campagne en résumé

Nettoyage de l’entité

Un appel est lancé à nos citoyens bénévoles! La propreté de notre commune est l’affaire de tous !!  Montrer l’exemple constitue déjà un acte important pour une commune plus accueillante!

Toutes nos forces sont mobilisées afin de nettoyer l’entité : passage de la balayeuse, des aspirateurs de rues et la présence des ouvriers préposés au nettoyage des rues.

En quoi consiste l’opération : ramassage des petits déchets dans l’entité.

QUAND ?  Du 19 au 23 avril 2010 de 14h à 16h (horaire modifiable) et le 24 avril 2010 (horaire à convenir)

COMMENT ? : En prenant une paire de gants, de vieux vêtements, votre bonne humeur et seulement 1 à 2h de votre temps!

Qui participe? Les citoyens Courcellois, le service des agents constatateurs et des gardiens de la paix et les ouvriers communaux et toutes autres associations partantes pour ce projet.

Slogan : « Déchets mobilisation générale »

Bien à vous,

Emilie Gravy
Commune de Courcelles
Agent constatateur
071/46.69.32 ou 0478/94.29.57
emilie.gravy@courcelles.be

21:38 Écrit par UCPW dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/03/2010

Le Petit Rapporteur Courcellois (mars 2010)

 

 

 

Communiqué de presse de l'Administration communale de Courcelles


Ce mardi 30 mars, le membres du Collège communal, les représentants des partis démocratiques, les éducateurs de rue, la police, les Tec Hainaut et les Tec Charleroi se sont réunis autour de la table afin d’aborder les questions relatives à la sécurisation à long terme des cités courcelloises.

 

Au cours de cette réflexion concertée, les différents acteurs ont principalement fait un état des lieux des facteurs déclenchant des situations similaires à celles rencontrées par la commune de Courcelles au début du mois de mars : absence récurrente de  place en IPPJ pour les jeunes délinquants (sentiment d’impunité), le rôle que peut jouer la presse dans l’aggravation ou non des évènements (effet boule de neige), l’abandon des responsabilités de la part de certains parents, les actes de délinquance apparaissent de plus en plus tôt chez les jeunes..)

 

Des premières pistes de solutions ont été avancées par les différents intervenants mais il est évident qu’elles devront été développées et que d’autres seront proposées lors des réunions suivantes. Parmi les pistes de solutions avancées : la nécessité d’établir un véritable circuit de communication entre les différents acteurs de terrain, le renforcement de la notion de civisme dans l’enseignement et par le biais de campagnes d’information et de sensibilisation, la mise en place d’un dialogue continu entre les différents acteurs de terrain (police, agents de quartiers, éducateurs de rue, agents constatateurs…) et la population…

 

Il est également important de signaler que les responsables des Tec Charleroi et des Tec Hainaut ont affirmé que la commune de Courcelles faisait partie des communes les mieux notées en matière de sécurité sur le réseau.

Ce constat prouve une fois de plus que la situation à Courcelles n’est pas alarmante et qu’il n’est pas trop tard pour réagir.

 

Il a également été décidé que ces réunions concertées seraient organisées en moyenne tous les 3 mois afin de permettre aux différents acteurs de proposer des solutions en adéquation avec l’évolution de la situation rencontrée sur le terrain.

L'avis de l'UCPW


Ce communiqué est bien sûr minimaliste. Il n'a pas encore abouti sur des mesures concrètes. Il témoigne toutefois de l'intérêt que semblent prendre l'ensemble des partis démocratiques courcellois ( PS, MR, CDh, ECOLO et UCPW) pour les problèmes d'insécurité survenus dans notre commune.

La volonté semble vouloir continuer à poursuivre la concertation de toutes les parties présentes. Il faudra maintenant passer à des réalisations concrètes car l'UCPW comme d'autres participants n'a pas de temps à perdre dans des discussions stériles qui ne déboucheraient sur aucune action concrète.

Robert Tangre.


 

Le CCLP confirme n'avoir pas été invité.

Lors de la table ronde qui s'est tenue le 30 mars dernier à la Maison communale, Robert Tangre s'était inquiété de l'absence des principaux intéressées: les locataires de ACSL. 

Le bourgmestre et les échevins présents confirmèrent l'invitation, ce dont a voulu s'assurer le conseiller communal. Il a donc envoyé un mail à Jean-Marie Glorieus, président du Conseil Consultatif des Locataires et Propriétaires qui lui confirma n'avoir reçu aucune invitation. (voir ci-dessous).

Puisque le Bourgmestre avait accepté sa présence lors de la réunion majorité-opposition, il va de soi que son acceptation aurait dû être suivie de faits. Il n'en fut rien. Il nous reste à savoir où cela a "cafouillé"

l'UCPW


Cher Robert,
 
Je te confirme que je n' ai jamais reçu d' invitation pour la réunion qui s' est déroulée le 30 mars 2010. Suivant les droits de nos compétences et le devoir des Villes et Communes dans le domaine de la politique du logement, devait être représenté le CCLP par son Président ou à défaut un membre du bureau, mais également Serge Bergamo puisqu' il représente le CCLP en qualité d'Administrateur Délégué auprès de la Régie de Quartier Communale.
Amitiés.

Jean-Marie Glorieus. 


 

Intervention de Robert Tangre sur les problèmes d’insécurité .

Suite aux événements relatés dans la presse, l’opposition courcelloise (CDh, ECOLO et UCPW) avaient demandé la tenue d’une table ronde réunissant toutes les parties pouvant être concernées par la problématique de la sécurité dans nos quartiers.

A cette réunion ont participé le Bourgmestre, des échevins, les chefs des divers groupes politiques représentés dans notre conseil communal, la police de la zone des Trieux, des représentants des TEC, des animateurs de rue, les responsables du plan de cohésion sociale, l’éco conseillère,…

Nous reproduisons ci-dessous un résumé de l’intervention du conseiller communal UCPW, Robert Tangre

Monsieur Tangre de l’UCPW affirme que le sentiment d’insécurité est bien réel et que devant l’absence de réponses des différents pouvoirs politiques, policiers et de la magistrature, il estime l’inquiétude des locataires normale vu qu’ils n’obtiennent pas de réponses à leurs interrogations

N’estimez-vous pas :

- que le fait de brûler une voiture paraît peut-être amusant pour certains mais ce sont les économies de gens peu fortunés qui s’envolent.

- qu’un chien dangereux se promène seul non muselé en rue. Lorsque le rapport de police est négatif, cela n’augmente-t-il pas également le sentiment d’insécurité ? (Flora Richir confirme la présence de ce chien en liberté dans les rues)

- que le fait de trouver des bouteilles brisées chaque jour devant sa porte ne fait qu’agacer de plus en plus certains habitants. Attendons-nous une réaction violente et personnelle regrettable de leur part pour enfin réagir ?…

Contrairement à la déclaration du Bourgmestre, Monsieur Tangre déclare que la presse est en réalité le seul porte-parole des riverains même si les témoignages relatés peuvent porter à caution et demandent vérification.

La responsabilité politique à Courcelles est évidente car elle réagit peu.

Il souligne comme négatives et particulièrement laxistes les réactions de la magistrature. Il se met à la place des policiers qui font le nécessaire pour trouver les fauteurs de troubles  et qui les voient relâchés quelques heures plus tard.

Le slogan « nique la police » est réellement appliqué car les jeunes délinquants retirent une gloire personnelle vis-à-vis des plus jeunes et sont considérés comme les caïds du coin. D’autres tentent à les imiter.

Quant à la police, il faut déplorer le manque d’agents de quartier. Robert Tangre estime que la réforme des polices est un réel échec. Auparavant, la gendarmerie et la police communale avaient des secteurs d’activités bien déterminés et la police communale effectuait un rôle préventif. Il propose qu’une réaction unanime soit dirigée vers les autorités de tutelle pour que le cadre policier de Courcelles soit enfin complet.

Il relate l’interview récente de la ministre de l’intérieur qui annonce l’arrivée de 175 policiers pour la Belgique mais souligne que le bourgmestre de Bruxelles en réclame déjà la plus grande part. Les Wallons vont-ils accepter continuellement d’être ignorés ?

Monsieur Tangre ne comprend pas pourquoi certains responsables politiques qui sont à la fois bourgmestres ou échevins mais aussi en même temps députés ou sénateurs, votent des lois qui vont à l’encontre de leurs propres intérêts de municipalistes et par conséquent vont à l’encontre de l’intérêt de  la population.

Enfin, de grosses responsabilités doivent être attribuées aux gestionnaires de la société «  A Chacun Son Logis » pour la non prise en considération des faits et la dégradation des biens des habitations sociales. Il rappelle que la société a le droit d’exclure des logements sociaux des habitants qui ne respectent pas le bail locatif (destruction des biens, stockage d’immondices, …) et dont certains membres de la famille troublent le voisinage. D’autre part, la société ne réagit pas devant les dégâts environnementaux causés aux biens donnés en location.

Enfin, il préconise un réaménagement de la place Guernica pour empêcher la présence les squats dans le quartier.

En fin de réunion, le conseiller regretta l’absence des principaux intéressés, les locataires des logements sociaux. Il nous fut répondu par le Bourgmestre let certains membres du Collège communal que le président du Comité Consultatif des Locataires et Propriétaires avait été invité.

Je vérifierai déclara, Robert Tangre en conclusion de son intervention.


 

Toujours des réactions

Bonsoir Robert,
 
Au risque de me répéter, pour moi le résumé de ma modeste plume est simple Robert...ceux et celles qui regardent et qui laissent faire ont aussi leur part de responsabilités....
Il y en a marre de toutes ses discussions interminables ou l'on parle pendant des heures sur des choses que l'on devrait déjà être occupé à appliquer depuis belle lurette!
Ce n'est certainement pas en retournant la situation dans tous les sens et en se focalisant sur des détails qui contribuent à décentraliser le fond du problème que l'on va le résoudre!
Notre société n'est elle pas régulée par des textes de lois et règlements en tous genres (droits et devoirs)...QUI DOIVENT ETRES APPLIQUES...par ceux et celles qui les ont rédigés dans leurs attributions ou leurs fonctions...? Point barre!
Ex; Quand on joue à un jeu de société quel qu'il soit, si toutes les parties n'emploient pas les mêmes règles, la partie est "bipée" d'avance et finira bien souvent par des dérapages de toutes natures...Dans la vie courante, idem!
Merci de ton aimable attention.

SB.


 

Merci beaucoup, Monsieur
Je suis desolée de ne pas dévoiler mon identité mais je préfère ne pas le faire par securité etant donné que j habite la cité.
Je suis jeune et ne comprends pas comment les parents laissent faire cela Moi-même, j ai peur de sortir de chez moi.
Pour le feu de la Jetta, j'ai appelé les secours mais je ne pouvais en faire plus malheureusement.
Le problème c'est que j'ai pu entendre des hommes dire qu'ils allaient faire la loi eux-mêmes. Que faire pour ne pas aboutir à cela?


Adresse électronique connue par l'éditeur.


Bonjour Robert.

Merci pour toutes les informations.

J'en profite pour te dire que certains Courcellois se sentent également en insécurité à cause de certains trafics qui existent près de la ruelle, à côté de la banque Dexia (place du trieu) et près du "parc" de la commune, à la rue de la Solidarité (rassemblement de voitures qui n'y sont pas pour être tranquilles entre amoureux!) : manifestement, vente de drogues existent et d'autres types de trafics! Mais c'est plutôt rare de voir les forces de l'ordre y circuler fréquemment! et, bien entendu, pas après 17 h!

C'est d'ailleurs fabuleux que le WE, si on veut déposer plainte, on doit  se rendre à Trazegnies ou à Fontaine l'Evêque!

Et, point n'est besoin, je suppose, de te parler du nombre invraisemblable de trous qu'il y a sur nos routes! ... comme partout en Belgique bien sûr!

Voilà les petites infos que je voulais te transmettre!

Bien à toi,

J.D.


Courriel rendu public adressé au Bourgmestre de Courcelles par un habitant de la rue St Roch.

Pour que vous vous rendiez ENFIN compte de la situation vécue  quotidiennement par les riverains de la cité Renard…(photos reprises ci-après)

En tant que 1er responsable de cette magnifique commune que vous  dirigez, assurer la sécurité et le bien-être de vos concitoyens doit  être votre priorité. Or, depuis plusieurs années, ce ne semble pas être du tout le cas. Les faits de vandalisme ne font que s'accentuer, devenant chaque jour plus graves. Attendrez-vous un drame humain pour intervenir?

Qu'avez-vous fait jusqu'à présent pour faire évoluer positivement la situation?

Que comptez-vous faire maintenant, tout de suite pour sécuriser notre quartier?

Quand pourrons-nous dormir sue nos 2 oreilles?

J'espère de votre part un minimum de réponse, que votre prédécesseur, Mr 
Trigaut n'a jamais daigné me fournir.

D.T.

auto1
auto2


article 1

article-2 copie

article 3

lol 001


 

 

L'opposition inciterait-elle certains à commettre des incivilités? A vous de juger!

Bonjour,

Voici mes commentaires après la lecture de la Nouvelle Gazette du 8 mars.

Extrait de "l'opposition veut un débat". Il faut disent-ils (l'opposition) envisager des réponses durables à ces questions.

Le bourgmestre A Soeur commente (je cite)..."Il est exagéré de prétendre que la terreur règne dans la commune.Certains faits ont étés amplifés.Ainsi l'un des incendies de voiture serait imputable,non pas à un geste criminel,mais à un problème électrique, affirme A Soeur. Il ajoute: "De mettre aussi en cause la diffusion de ces incidents dans le domaine public, cela aurait eu un effet incitatif"
 
Plus fort...PAS UN MOT sur l'incendie de l'école, des batteries de garages,ni du Butia...Il ne retient que le problème électrique. Est-il bien informé ou à quel jeu joue t-il?

S.B.

 

11:46 Écrit par UCPW dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

06/02/2010

Le Petit Rapporteur Courcellois (février 2010)

Le Collège communal accepte de recevoir les représentants d'ECOLO, du CDh et de l'UCPW

Aux Membres du Collège,
MM CLERSY, TANGRE, PETRE,

Après avoir recueilli l'accord des 3 demandeurs, la réunion urgente du Collège aura lieu le mardi 9 mars à 14h. A 16h, réception des 3 demandeurs pour définir les modalités de la réunion "table ronde".
(qui se tienda par la suite, NDLR)
Cordialement,

Claude HENRY
Secrétaire communal


 

Plusieurs incendies cette nuit à Courcelles

La nuit fut particulièrement mouvementée à Courcelles. Les pompiers ont été appelés à plusieurs reprises pour des incendies criminels. Plusieurs véhicules ont été pris pour cible. L’école a également été la cible des pyromanes. Il n’y a pas de blessé.

Rédaction en ligne de la Nouvelle Gazette


Trop beau pour durer!

L'hiver avait commencé tôt en 2009. Les journées de gel intense se sont succédées. La neige a couvert de son manteau blanc immaculé tout notre environnement. Les éléments naturels ont  ainsi découragé les éléments destructeurs de poindre le bout de leur nez. Ne dit-on pas en wallon " Au coin du stuf, raculottons-nous!". Ces quelques mois ont ramené un semblant d'ordre et de quiétude dans nos cités.

C'était trop beau pour durer. A peine, la température remontée, ils repointent le bout de leur nez dans nos cités et laissent leurs traces enflammées tout comme hier à la cité Renard, à la cité Beguin et même maintenant du côté de la cité du Butia. 

Là, des voitures flambent, ici l'école de nos petits échappe de justesse à l'incendie, là encore M.G.doit balayer tous les jours devant son garage où des vandales viennent quotidiennement briser des bouteilles de verre par pour plaisir rien que pour l'em.... Veut-on le pousser à l'excès et à un geste malheureux qu'il regrettera toute sa vie? Fichtre des emmerdeurs comme lui qui ne cessent de se plaindre...

Il y a quelque temps, notre Bourgmestre, Axel Soeur, suite à plusieurs événements gravissimes qui s'étaient déroulés à Trazegnies, avait pris des mesures radicales: un couvre-feu.

L'UCPW avait déclaré lors de sa levée, que la chose ne serait que transitoire ( voir  http://le-petit-rapporteur-courcellois.skynetblogs.be/arc...), que les incivilités se répéteraient bientôt.  Nous avions malheureusement raison. Combien de temps, cette triste succession d'actes malfaisants va-t-elle encore durer? Qui sont les responsables de ces grands feux? Ce ne sont pas les gens du voyage tant décriés il y a peu qui viennent bouter le feu aux voitures de personnes qui ont parfois dépensé toutes leurs économies pour acheter s'acheter le véhicule que des énergumènes détruisent en quelques secondes.

Ces gestes seraient, disent certains, le signe d'une contestation du pouvoir en place. Est-ce réellement le pouvoir que l'on pénalise ainsi? Est-ce la police que l'on "nique" de cette façon? Non, ce sont des travailleurs courageux, honnêtes qui triment pour faire vivre leur famille. Des gagne-petit qui voient s'envoler en fumée le fruit de leur travail.

Cela suffit!

Sommes-nous protégés? Nos concitoyens ne croient plus à la police pour les protéger. Et nous les responsables politiques, y croyons-nous vraiment? Personnellement, tout comme eux, je me sens meurtri et je crie "Assez, cela suffit!"

Robert Tangre

Erreur à corriger: le feu n'a pas été bouté à l'école du TDA maix à son annexe, l'ancien siège de Rianwelz

La photo illustrant cet article a été prise par Monsieur Fabien Vanhove

incendie 1

feu2

 

cp incendie


MOTION -SANCTION ONEM

Devant le nombre croissant de chômeurs suspendus par l’ONEM, de nombreuses communes wallonnes dénoncent par une motion l’obligation faite aux CPAS et donc au travers des finances communales de verser des revenus de remplacement dits revenus d’insertion sociale.

Vous trouverez ci-dessous la motion votée à l’unanimité par le Conseil communal de Courcelles ;

- Attendu que la crise socio économique a notamment pour conséquence d'augmenter le nombre de personnes qui s'adressent aux CPAS dont un nombre croissant de chômeurs suspendus ou exclus par l'Onem;
- Attendu que nous constatons une diminution de l'offre d'emploi et que ce contexte ne permet pas aux institutions ad hoc de proposer des perspectives d'emploi en suffisance;
- Attendu que dans la situation de crise que nous connaissons, le plan d'accompagnement des chômeurs doit être amélioré afin d'éviter la conséquence de voir un nombre d'exclusions sans cesse croissant;
- Attendu que ces exclusions de l'Onem aboutissent dans 38 % des cas en une prise en charge par le CPAS. Prise en charge pour laquelle le CPAS est en manque de moyens financiers et humains;
- Attendu que ce transfert de charge du Fédéral vers les CPAS grève le budget de ces derniers et donc de leur commune et entraîne une mise à mal de leur politique générale;
- Attendu que pour les suspensions temporaires, quand bien même seraient-elles légitimes et justifiées, les CPAS sont dans la presque impossibilité de mener sur une si courte période un véritable accompagnement social et donc que la suspension/sanction est presque sans effet pédagogique sur la personne suspendue;

Le conseil communal de Courcelles demande, à l'unanimité:

- au Gouvernement fédéral de revoir d'urgence son plan d'accompagnement des chômeurs et de prévoir des financements pour les CPAS;
- au Gouvernement régional qu'il évalue de manière qualitative le plan d'accompagnement des chômeurs dans le cadre des missions du Forem afin d'assurer un accompagnement individualisé de qualité;
- au Gouvernement fédéral de repenser le système des sanctions/suspensions afin qu'il n'y ait plus de transfert de charge vers les CPAS. Si sanction il doit y avoir, celle-ci doit se faire au sein de l'Onem (sauf pour les sanctions définitives lorsqu'elles sont méritées);
- en outre, nous demandons à ce qu'une conférence interministérielle soit organisée afin de mettre autour de la table l'ensemble des ministres concernés.

Fernand Payen, président du CPAS de Courcelles et échevin des affaires sociales nous a aimablement transmis les statisques de Courcelles transmises à L’union des Villes et Communes Wallonnes, section CPAS

Au 31/10/2008, il avait 29 dossiers en cours.
                           
5 dossiers pour suspension de moins de 4 mois
15 dossiers pour 4 mois et plus
9 dossiers de sanction définitive
      
 Au cours de cette année 2008, une quarantaine de dossiers ont été présentés.

Au 31/10/2009 : 56 dossiers en cours

7 dossiers moins de 4 mois
25 dossiers de 4 mois et plus                           
24 dossiers de sanction définitive

Au cours de l’année 2009, 126 dossiers ont été présentés.

L’impact financier est difficile à calculer car tous les RIS sont repris sur une liste unique de paiement exemple décembre 2009 : paiements pour un montant de 167. 747€.

Nous constatons cependant, une majorité de dames avec enfants, peu qualifiées, la plupart ont bénéficié des allocations de chômage sur base des études sans beaucoup de pratique professionnelle, âgées en moyenne entre 25 et 40 ans.

Sur 10 sanctions de quatre mois et plus, plus de la moitié (+/- 6/10) deviennent définitives.

Au 31/12/2009, 302 dossiers RIS ont été soumis au CPAS dont 30 « article 60 »pour une population de +/- 30.000 habitants.

L'UCPW


 

La presse en parle: "Écolo et l’UCPW réagissent "

L’opposition a commenté le budget présenté lundi soir. Écolo et UCPW ont livré une analyse fournie. Le CDH s’est en revanche contenté de quelques généralités courtes et peu éclairantes. Reconnaissant le caractère difficile du contexte financier, les Verts ont regretté le manque d’ambitions politiques.

Christophe Clersy , chef de file Écolo, juge ainsi que réaliser des investissements aujour- d’hui, cela aurait sans doute permis d’économiser de l’argent demain. “En matière d’économies d’énergie, c’est évident”, explique Christophe Clersy. “Mais la commune reste statique et préfère laisser passer le train alors que véritablement on peut dès aujourd’hui dégager des bénéfices intéressants.”

Les Verts notent qu’une série d’investissements prévus dans les budgets précédents a disparu des projets 2010. Plus d’argent placé pour la nouvelle crèche, plus de subsides communaux réservés pour le fameux schéma de structure.

“Dans ce dernier cas, c’est un travail qui demandera du temps”, explique le bourgmestre. “Normalement, nous n’au- rons aucun argent à débourser en 2010 pour les premiers pas du processus. Des modifications budgétaires sont en outre toujours envisageables si les choses avancent plus vite que prévu de ce côté-là.”

Pour l’UCPW, Robert Tangre revient sur les avantages accordés aux entreprises du zoning courcellois. “La commune leur a offert gratuitement des infrastructures”, insiste le conseiller communiste.

À cet argument, Axel Sœur, le maïeur, a tenu à répondre en précisant que les premières rentrées liées au précompte immobilier allaient être perçues par la commune au cours de l’année 2010. De quoi justement alimenter favorablement les caisses courcelloises, même si les taxes sur la force motrice ou la main d’œuvre ont été abandonnées depuis quelque temps maintenant.

M. At. (Extrait de La Dernière Heure)


 

Déclaration de l’UCPW à propos du budget communal

Un budget communal de crise sans plus ...

Pour la x ème fois, je suis appelé à donner mon avis concernant le budget communal. Je dois commencer par vous dire que je suis lassé de répéter les mêmes arguments, d’émettre un avis qui ne sera, de toute façon, pas suivi, d’autant plus que nous sommes arrivés au stade zéro. Nous avons en effet franchi toutes les étapes de la descente aux enfers.

Année après année, j’ai attiré votre attention sur la situation, et je ne vais donc pas reprendre l’un après l’autre les arguments que je vous ai déjà soumis.

Il est impossible de faire couler du sang d’un caillou, dit-on … et pourtant, vous avez pressé le  citron tant que vous l’a pu. C’est dans la poche du citoyen que vous êtes continuellement allé chercher les moyens financiers pour équilibrer les budgets puisque que nous sommes endettés jusqu’au cou, la dette représentant le tiers de nos dépenses annuelles.

Nous avons aggravé la dette en aidant parfois ceux qui n’en n’avaient pas besoin. Je pense ici à la dette cumulée pour l’aménagement zoning industriel. Nous allons payer encore pendant pas mal d’années le coût des infrastructures offertes à des multinationales qui ne participent pas ou peu à l’effort commun. Les sociétés qui se sont installées là sont pour un grand nombre d’entre elles des sociétés de logistique et ne créent pas de richesse.

Comme en Belgique, nous avons été des précurseurs - bien avant Sarkozy, aujourd’hui en France – les communes ont dû appliquer les directives imposées par le pouvoir de tutelle et supprimer la taxe professionnelle. C’était la seule taxe qui faisait la richesse de plus d’une commune de la région de Charleroi. Ce fut fait au nom de la sacro-sainte compétitivité, sous prétexte de lutter contre les délocalisations d’emplois.

Rions jaune : 300 emplois perdus à Opel, des milliers à la poste, combien demain chez GSK avec comme conséquence directe la fermeture de nombreuses petites et moyennes entreprises pourvoyeuses d’emplois et créatrices, elles, de richesse.

Ces entreprises, en outre, possèdent très souvent un centre de coordination peu taxé, aux environs de 1 %. Le gouvernement a encore fait mieux, il y a peu pour les avantager, il leur a permis de retirer de leurs bénéfices imposables, les fameux intérêts notionnels. C’est ainsi que l’argent qu’elles engrangent va directement gonfler les poches des actionnaires. Alors que nous continuons à payer les infrastructures que nous leur avons offertes gratuitement, à la lecture du budget, nous constatons que les redevances pour les services qui leur sont rendus augmentent continuellement. Un exemple : les communes interviennent à hauteur de 90 % dans le coût des services rendus par les pompiers, l’Etat, lui, pour le reste. Pour ce seul exemple, la charge communale croît année après année.

Je ne vais pas reprendre mes arguments d’opposition à la taxe sur l’élimination des déchets. J’y reste opposé tant qu’une mutualisation de cette dernière mettant sur un même pied communes pauvres et communes riches ne sera pas mise en œuvre.

En conclusion, je crois pouvoir dire  que le budget communal est un budget de crise : on en sort avec quelques 3 millions d’euros de bénéfice, tout en sachant que ce n’est qu’une simple prévision budgétaire et que le moindre problème, le moindre dérapage  mettra à mal cette marge bénéficiaire. Déjà combien va nous coûter l’effondrement d’un mur de soutènement de la rue Musin ? C’est donc avec attention que j’écouterai les propositions que vous avancerez tantôt pour limiter le coût d’une éventuelle reconstruction, ou de toute autre alternative que vous souhaiteriez développer pour limiter l’impact du coût de cet aménagement.

Vous avez fait des choix, ce sont les vôtres. Je ne les partage pas nécessairement, mais les limites budgétaires atteintes ne permettraient à quiconque de faire beaucoup mieux dans de telles conditions. Je ne vais donc pas m’amuser à critiquer des choix minima qui ne nous permettront pas de mener une politique différente en matière d’environnement, d’interventions sociales ou de logement. Encore bien que vous avez pu profiter de certains nouveaux apports financiers venant de la Région Wallonne qui vous ont permis d’équilibrer le budget.

Les limites budgétaires se reflètent aussi au travers du peu d’investissements que vous réaliserez en 2010 au niveau du budget extraordinaire. A savoir, la réfection de la rue Hamal, de la rue Jean Friot, et cela, au plus grand bonheur des riverains. Les uns verront disparaître une source d’insalubrité que nous dénonçons en tant qu’UCPW depuis 20 ans et pour les autres, la disparition d’une voirie moyenâgeuse. Il faut d’ailleurs mentionner que dans un cas comme dans l’autre, les inscriptions budgétaires ont déjà été faites il y a quelque temps, si pas plusieurs années.

Toutefois, concernant la rue Hamal, il serait utile d’envisager des mesures peut-être coercitives pour limiter le stationnement sur les trottoirs, faciliter la circulation les jours de match de foot ou d’autres activités et empêcher le va-et-vient de véhicules lourds destinés à alimenter le petit centre commercial situé à proximité.

Puis-je enfin espérer qu’en 2011, nous offrirons aux visiteurs étrangers une route attrayante, carrossable, les amenant dans le centre de notre localité.

En conclusion, je voterai contre ce budget même s’il a pour seul mérite d’être en équilibre, mais …. jusqu’à quand ?...

De plus, je m’opposerai au vote de toute subvention, si minime soit-elle, en faveur de Mons capitale européenne 2010 de la culture.

Non à la brosse à reluire !

Merci pour votre attention.

Robert TANGRE
01-02-2010

Le vote global sur le budget :

16 POUR : majorité PS-MR
8 CONTRE: opposition 
1 ABSTENTION


A la demande de l'UCPW, un vote séparé sur la proposition d'octroyer une subvention à Mons, capitale cuturelle européenne 2010 eut lieu. Même si la subvention octroyée, était extrêment petite ( 100 € ), la proposition de l'UCPW fut acceptée par 

12 CONTRE ( opposition et trois membres de la majorité)
9 POUR (majorité PS-MR devenue minoritaire)
4 ABSTENTIONS (PS-MR)

Après le vote, il faut souligner qu'Annick Pollart, échevine des finances, manifesta son contentement du résultat du vote malgré la fait qu'elle avait voté pour sans doute par discipline de groupe.

21:29 Écrit par UCPW dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/01/2010

Le Petit Rapporteur Courcellois (janvier 2010)

  
Le Bourgmestre répond à l'UCPW

Cher Robert,

axel soeurJe fais suite à ton courriel sur les déchets rue Mendiaux.
Madame Gontier s’est donc rendue sur les lieux les 14 et 15 janvier. Après recherches, ce terrain appartient à la société A Chacun son Logis. Donc contact pris avec les responsables pour faire évacuer avec menaces d’amendes. Même chose pour la voiture sans plaque toujours sur un terrain d’ACSL. Bref tout est rentré dans l’ordre (voir photos annexées). Les choses ne sont pas évidentes à gérer mais avec un peu de bon vouloir ….

Merci pour ta collaboration
Bien à toi

Axel

Photo-009

Photo-010

La poste "sans-gêne"

100_1249Il y a plusieurs mois, nous avions publié la photo d'une camionnette postale occupant un emplacement réservé aux véhicules de personnnes handicapées. Cela causa une vaguelette. Insuffisamment pour qu'une telle situation ne se reproduise pas comme vous le constaterez en regardant les deux photos ci-dessous prises à quelques mois de distance près du bureau de poste courcellois.

La nouvelle poste privatisée va à contre-courant. A l'heure où le monde politique verse des larmes de crocodile sur l'échec de Copenhague, les grands partis, toutes tendances confondues (sociaux-chrétiens, sociaux démocrates et libéraux) oublient qu'ils ont permis la libéralisation de la poste et sa cession à une firme privée comme CVC partners. Tiens à propos de cette dernière, on la retrouve dans l'actionnariat d'InBev! Vous n'êtes sans doute pas étonné(e), il y a du flouze à gagner.

N'en avez-vous pas assez d'entendre, jour après jour, lors de chaque interwiev d'un responsable politique répétant à l'envi : " Je suis pour un développement durable. Les gisements de pétrole touchent à leur fin. Nous devons nous tourner vers d'autres énergies".

Belles paroles que cela mais qu'en est-il dans les faits lors d'une privatisation?

Prenons le cas de la poste.

1° On a supprimé les trains postaux qui roulaient la nuit emportant les facteurs qui triaient le courrier chemin faisant.Le chemin de fer est moins coûteux et polluant que la route, n'est-il pas?

2°On a supprimé des grands centres de tri et c'est une très importante flotille de camions qui dirigent le courrier vers les 5 grands centres de tri regroupés avant de revenir à leur point de départ. Gabegie de bâtiments! Achat dispendieux de véhicules polluant dont la durée de vie est limitée.

3°Suppression des bureaux de postes locaux. A Courcelles, il en reste 1 sur les 5 existant auparavant. Une flotille de camionnettes accomplit ce travail. A nouveau, pollution surmultipliée.

4°Les facteurs doivent se rendre chaque jour vers les bureaux principaux restant. Une armada de mobylettes leur sert de moyen de transport. Est-il normal de les voir rouler sur les trottoirs car rentabilité oblige. Ces mêmes facteurs doivent emprunter leur véhicule pour se rendre à leur travail à des heures où peu de bus circulent déjà. Certains trop âgés ou malhabiles sur leurs deux roues s'en servent pour effectuer leur tournée et cela, va de soi à leurs risques et périls.

Venez constater par vous-même les conséquences de cette gestion : le soir venu, vous trouverez certains jours une petite dizaine de camions et camionnettes qui se reposent sur la place du Trieu ou le long des voieries avoisinantes.

poste-handicapes2

Photo prise en mai - juin 2009

100_1248


 

A propos d'actes inciviques: lettre au Bourgmestre

Monsieur le Bourgmestre,
Cher Axel,

 ecole-de-Rianwelz-002Puis-je vous demander l’intervention la plus rapide possible pour faire évacuer un tas de déchets et meubles divers déposés clandestinement par des concitoyens inciviques (voir photos jointes) sur l’ancien chemin donnant accès à l’école de Rianwzelz du côté de la rue Mendiaux.

 Ne serait-il pas bon que dans un prochain bulletin communal, vous fassiez reproduire l’une ou l’autre photo du même genre et informer nos concitoyens du seul coût du ramassage des dépôts clandestins.

Vous constaterez aussi qu’une automobile non immatriculée, pneus crevés, portière ouverte stationne à proximité à côté de l’abri du bus. Pouvez-vous faire intervenir les services de police et faire évacuer cette épave ?

Avec mes remerciements, croyez, Monsieur le Bourgmestre, cher Axel, à l’assurance de ma considération la meilleure.

Robert TANGRE
Conseiller communal

ecole-de-Rianwelz-001
 

ecole-de-Rianwelz-003

 


 

 

On nous écrit : « Distribution des sacs ICDI : belle pagaille ! »

 

icdiJe suis allé ce vendredi à l'hôtel de ville de Trazegnies pour la distribution gratuite des rouleaux de sacs poubelle, et ce, comme c'était indiqué dans le journal local "Tan Que Vive".

J'ai attendu mon tour durant ... 1 h 50 (oui, tu lis bien: 1 h 50) - Il y avait bien sûr foule ce jour-là. Mais là où le bât blesse : pas une chaise pour les vieilles personnes (J'ai vu de mes propres yeux une dame "s'affaler" sur un  siège lorsqu'elle est entrée dans le bureau). De plus, il y avait des personnes qui, malheureusement, avaient cru qu'elles étaient en ordre de payement de la taxe communale et qui, avaient fait une photocopie du virement. Ces "dites" personnes furent refoulées et ont dû retourner chez elles pour récupérer l'original (je ne te dis que ça !).

N'aurait-il pas été plus simple d'avoir reçu une convocation par la poste et ce, en même temps que l'envoi de l'extrait de rôle pour payer la taxe sur les immondices, (ne me dis pas que c'était pas possible, on envoie bien les convocations électorales par la poste) et d'aller chez le libraire de son choix (et le jour de son choix) pour avoir ces "dits" rouleaux de sacs. Les libraires opposaient un cachet sur la convocation ....... comme on fait lorsqu'on va voter. Cela aurait évité une grosse pagaille et c'était plus simple.

Il y avait des personnes qui n'avaient pas encore payé la redevance, et pour cause, elles avaient le temps jusqu'au 18 janvier ! Ces personnes furent refoulées - merci pour l'organisation, c'était des plus super ! Bref, une belle pagaille. Inoubliable ! De plus, dehors, il faisait un froid de canard et pour les personnes qui venaient de loin (la rue de l'Epine par exemple) je ne te dis que ça!

Pour info, la personne (une dame) qui "distribuait" les précieux rouleaux est arrivée avec ...10 minutes de retard et était toute seule. Une belle pagaille qui, à mon sens, aurait pu être évitée.

Je te souhaite une bonne journée, Robert, la mienne restera ce vendredi 8 janvier après-midi gravée dans ma mémoire

Amitiés.

R.B.

 

 

 


 


 

14:51 Écrit par UCPW dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

27/11/2009

Le Petit Rapporteur Courcellois (novembre-décembre 2009

Pour 2010, l'Union Communale Progressiste et Wallonne espère que vos souhaits pourront se concrétiser dans un ciel aussi serein et paisible

DSC_1368
Nous tenons à informer nos amis lecteurs qu'ils pourront dorénavant suivre les informations mises en ligne par l'ucpw sur un site en voie de rénovation: www.spwb.be.
Durant un certain temps, nous transférerons les informations mises en ligne sur les blogs et ce, durant le temps nécessaire pour le transfert


Une disparition qui va coûter cher.

100_1241

Depuis trois semaines, la baraque à frites qui enlaidissait la place du Trieu a disparu, démontée par les ouvriers communaux. Le spectacle désolant de cette ruine avait suffisamment duré. Devant cette démolition, beaucoup de Courcellois se sont posé des questions et il est bon de les tenir informés.

Cette friterie avait fait les beaux jours de son exploitant mais elle avait été aussi un obstacle à la sécurité publique puisque nombreux étaient les automobilistes qui laissaient leur voiture à cheval sur la piste cyclable pendant qu’ils attendaient leur sachet de frites, gênant les autres conducteurs obligés de faire un écart ou obstruant sans vergogne le passage pour piétons.

Elle enlaidissait aussi la place dont la belle perspective était gâchée d’autant plus que les clients peu soucieux de l’environnement négligeaient de déposer leurs déchets dans les poubelles placées à proximité.

Cette baraque étai aussi le quartier général de l’organisateur de la foire aux moules dont la renommée s’était étendue bien au-delà des limites de la commune. 

Ce fut pendant de très nombreuses années une longue histoire d’amour entre le propriétaire et les responsables politiques de l’ancien collège échevinal.

Rassemblons nos souvenirs. Il y a bien longtemps, le coût de l’emplacement était fixé annuellement aux environs de  un million six cent mille francs belges. Se faisant tirer l’oreille pour retard de paiements, le commerçant à force de jérémiades obtint un rabais et jusqu’au moment de la fermeture le coût descendit aux environs de un million deux cent mille francs belges. Belle aumône !

Et durant cette belle longue lune de miel qu’exigeait-on de lui pour l’occupation de l’espace public : bien peu par rapport au coût qu’il aurait dû payer comme tout occupant d’un domaine public. Les amours durèrent jusqu’au moment où le marchand de frites eut un mot (des mots) malheureux envers un membre en particulier de l’ancien Collège. Face à son manque de reconnaissance pour les avantages perçus, des mesures de rétorsion furent immédiatement prises à son encontre. Les retards de paiements furent exigé, tout comme le montant de la facture au coût réel de l’espace occupé par la foire aux moules.

Cela nous valut des explications emberlificotées au travers de Tan que Vive. L’organisateur déplaça dans un premier temps son activité sur Godarville puis devant l’insistance de la commune qui passa à la vitesse supérieure en le poursuivant en justice, la faillite de la société Elfi fut prononcée et la commune restait ainsi avec une vieille bâtisse pourrissant. Devant les risques pour la sécurité publique qui auraient pu se retourner contre lui personnellement, le mayeur Axel Sœur dut prendre un arrêté de démolition.

Et demain qu’arrivera-t-il ? La commune n’est certainement pas le créancier le mieux placé car les dettes éventuelles envers la sécurité sociale et l’Etat ou les régions passent avant les fournisseurs.

Alors, la commune cocue malgré la générosité dont elle a fait preuve ? Sans doute : le fruit de copinages indécents ! Malheureusement car politique et affaires ne vont pas de pair.

L'UCPW


 

 

A propos des gens du voyage.

l%27aire%20d%27accueil%20des%20gens%20du%20voyage%20d%27AmbertIl est  facile d’adhérer à un groupe sur Facebook qui s’oppose à la venue et à la mise à disposition des gens du voyage d’un terrain communal ou acheté par la commune. Encore faut-il savoir de quoi on parle. Les raccourcis ne sont pas le fait  de l’UCPW  qui tient à expliquer à ses concitoyens sa position en la matière.

1° Rétroactes :
Le Conseil communal de Courcelles, toutes tendances politiques confondues, avait décidé de répondre à une proposition du gouvernement wallon d’EXPLORER la possibilité d’offrir un terrain d’accueil aux gens du voyage. Dans un premier temps, une concertation en la matière allait réunir les communes de Courcelles, Charleroi et Pont-à-Celles. Par la suite, Charleroi et Pont-à-Celles se désistèrent. Courcelles restait donc seule.

2° Et aujourd’hui ?
Il y a peu, Axel Sœur, Bourgmestre de Courcelles a réuni une commission des Affaires générales pour connaître l’avis des différents groupes politiques présents à Courcelles. Le débat y fut très animé, allant du oui inconditionnel au non tout aussi inconditionnel.

Nous reproduisons ci-dessous, l’intervention de l’élu UCPW faite au nom de son groupe politique :

1) Il existe bien une problématique : la cohabitation avec les « gens du voyage » dont c’est le choix de vie. 
2)L’UCWP estime toutefois que cela doit se faire dans des conditions de vie et ‘hygiène acceptables pour tous.
3) La problématique n’est pas comparable entre la France et la Belgique car, chez nos voisins, c’est l’Etat français qui prend la problématique en charge.
4) En Belgique, la Région wallonne se décharge en toute occasion de ses responsabilités sur le dos des communes, en leur laissant régler des problèmes et leur financement dans des matières qui ne sont pas du ressort communal.
5) Les finances communales (à Courcelles comme ailleurs) sont au plus mal et peinent à rencontrer les besoins essentiels de la population.
6) La Région Wallonne allèche les responsables communaux en leur promettant des subventions pour le fonctionnement d’un terrain d’accueil et en prenant en charge le coût d’un emploi.
7) Et lorsque l’on change de ministre, ne change-t-on pas aussi, souvent, les décisions du pouvoir précédent ? Les communes qui se seraient engagées ne risquent-elles pas un jour ou l’autre de devoir assumer, seules, le coût du projet qui ne serait plus subventionné ?
8) En cas d’acceptation, il faut savoir que tout citoyen vivant sur le territoire de la commune doit se soumettre aux mêmes impératifs (les gens du voyage également) : le paiement d’éventuelles consommations d’électricité, d’eau, de gaz, d’évacuation des déchets …
9) Etant donné la situation catastrophique des finances communales, ce n’est pas aux communes, que ce soit Courcelles ou Outsiplou de pallier aux déficiences de la Région Wallonne et d’endosser des responsabilités qui ne sont pas de leur compétence.
10) L’UCPW ne veut pas que cette problématique serve de tremplin à des relents xénophobes ou démagogiques. Nous ne pourrions que dénoncer de telles attitudes, car il s’agirait de discrimination.
11) Le pouvoir policier prétend ne pouvoir intervenir que dans le domaine public et déclare qu’il manque de moyens légaux mis à sa disposition pour exiger le départ de gens du voyage qui s’arrêtent sur une propriété privée. A ce propos, le Bourgmestre a signalé à l’assemblée qu’il n’avait pas le pouvoir de faire intervenir la police, quand, par exemple, les gens du voyage s’arrêtent sur un parking de la SNCB (privatisée).

L’UCPW ne peut admettre cette position, car le parking de la gare de La Motte devient public lorsque les gens y stationnent. En aucun cas les navetteurs ne peuvent être pénalisés lorsque le parking leur est confisqué.

En conclusion : TOUS les êtres humains ont droit au respect qu’ils soient Courcellois ou autres et garantir en toute équité la libre circulation des personnes.

Le Comité de l’UCPW


 

Triste à pleurer …

TDACelles et ceux qui fréquentent l’Ecole du Trieu des Agneaux connaissent les embouteillages importants à l’entrée, et plus principalement à la sortie de l’école. Sur toute la longueur de la rue, deux rangées de voitures stationnent parfois très longtemps le long des trottoirs. Encore bien que le chemin de l’école est à sens unique !

La situation devient franchement pénible, lorsque les autocars de ramassage des enfants s’arrêtent en pleine voirie, causant des bouchons importants. Chacun doit prendre son mal en patience, même les riverains qui ne peuvent plus rentrer chez eux.

Face à cette situation, le conseiller communal UCPW a interpellé à plusieurs reprises tant l’ancien que le présent Collège communal afin de trouver des solutions partielles pour limiter ces embouteillages.

A chaque fois, le Bourgmestre demande un rapport de police et à chaque fois, ce qui lui est répondu est grandguignolesque.

Nous ne pouvons nous empêcher de livrer au grand public courcellois un  extrait de la teneur du dernier rapport de police suite à la dernière interpellation de notre conseiller.

En octobre dernier, Robert Tangre avançait 2 propositions :

1°) La création d’une aire de stationnement pour les autobus du côté droit de la chaussée, le long de l’ancien jardin de l’école, entre les numéros 32 et 34 afin de faciliter le chargement et le déchargement des élèves sans encombrer la chaussée.

2°) Face à cette aire de stationnement, entre les numéros 39 et 43, le placement de panneaux d’interdiction de stationnement (et non d’arrêt), afin de rendre la circulation plus fluide.

A la lecture du rapport policier, c’est un conseiller communal tout d’abord surpris qui s’entend alors dire que le Conseiller communal Tangre ignore qu’on ne peut dessiner d’emplacement de stationnement devant des garages.

Stupeur, incrédulité !
Robert Tangre rappela alors qu’il avait proposé une aire de stationnement du côté pair, et non devant les garages. Suite à ce rapport, il proposa de donner des cours à certains membres de la police  pour leur apprendre à lire et à comprendre ce qui est écrit. Le Bourgmestre lui répondit que les rapports étaient très souvent du même tonneau.

Colère !
Robert Tangre manqua de s’étouffer de colère et  au Bourgmestre répondit que ce rapporteur était tout bonnement injurieux envers sa personne et qu'au travers de sa réponse le policier, auteur du rapport, signifiait tout platement quye le conseiller Tangre était tout sdimplement un imbécile. Il exigea du secrétaire communal qu’il acte sa déclaration, et du Bourgmestre qu’il transmette au chef de zone tout son courroux face à une telle situation inadmissible.

Un constat navrant : s’il fallait prouver que la réforme de la police est un échec navrant qui ne fait que vider les caisses communales sans répondre aux attentes de la collectivité, c’est chose faite. 

Le Comité de l'UCPW

Voici la partie de l'interpellation développée par Robert Tangre

Vu cette situation, puis-je vous proposer :

1° de créer une aire de stationnement pour les bus entre les n° pairs allant de 30 à 32 ?

 

2° de placer des panneaux d’interdiction de stationnement sur la même portion de la rue entre les n° impairs de 39 à 41 car ce sont des garages devant lesquels le stationnement est interdit.

Octobre 2009: copie envoyée par mail sur demande


 

On nous écrit: "Courcelles doit cesser de ressembler à Charleroi."

TrazegniesLe château de Trazegnies n'a rien à envier aux autres châteaux de Belgique. Toutefois ce qui manque à notre région (et à nos politiciens) c'est un peu de fierté et un peu de culture (et non pas d'argent). Je suis archéologue de formation et j'habite à Courcelles depuis ma naissance. Cette région mérite mieux que le sort qui lui est réservé actuellement (Château de Trazegnies, églises à Trazegnies et de Gouy, fouilles d'un village Gallo-romain à Falnée, La Posterie...). Il est dommage que nous ne regardions que vers Charleroi pour bâtir notre identité car cela nous tire vers le bas. Je ne m'identifie pas en tant que Carolo bien que je n'ai rien en particulier contre Charleroi. Ce qui me dérange c'est que la plupart des gens de l'entité de Courcelles ignorent purement et simplement leur histoire et s'associent uniquement à la période industrielle comme s'il n'y avait rien eu avant. Nous sommes certes proches de Charleroi et de son passé industriel mais nous sommes plus riches d'un point de vue historique. Pourquoi ne pouvons-nous jamais être fiers de notre identité comme le sont les Nivellois ou les Binchois qui ne sont pourtant pas si loin de nous? C'est peut-être vers ces villes-là qu'il faudrait regarder... et s'en inspirer pour avancer. Je pense que des citoyens fiers de leur ville auront automatiquement plus de civisme...

Bravo au créateur du blog. (http://photos-courcelles.skynetblogs.be/post/3756083/traz...)


 

À la suite du couvre-feu, Courcelles a engagé 


Voiture_en_feuEn février 2009, le bourgmestre de Courcelles a été contraint de recourir à une mesure de couvre-feu pour tenter d’apaiser un climat devenu extrêmement tendu dans une cité de l’entité : “Je n’ai pas aimé prendre ce genre de dispositions, se souvient Axel Sœur. Cela contrevient à la liberté individuelle mais nous ne pouvions pas, je pense, espérer retrouver le calme sans passer par là.” La mesure a effectivement permis un retour à la norme. Depuis, la majorité a engagé quatre nouveaux éducateurs de rue, chargés prioritairement d’œuvrer à Trazegnies, où les difficultés étaient apparues. “Ce travail n’est sans doute pas possible avec tous. Mais nous misons sur le fait qu’il puisse amener un maximum d’habitants à se sentir tout à fait bien à Courcelles.”

F. Colinet (extrait de la Dernière Heure)

Commentaire de l’UCPW

Retour à la norme, déclare notre Bourgmestre. Ce serait à souhaiter. Bienvenue aux éducateurs de rue. Le travail ne va pas manquer. Ils vont se trouver face à une problématique à prendre à bras le corps car la dérive de notre société et le laxisme apporté comme réponse a laissé des traces : la perception de l’impunité. Le pouvoir communal, dans son ensemble va devoir suivre avec grande attention leur travail et les appuyer dans toutes leurs démarches. Toutefois, la présence policière reste indispensable car les informations diverses que nous recevons témoignent aussi du pourrissement de la situation et du ras-le-bol des riverains.

Lisez donc :

La loi du silence serait-elle de mise entre certaines autorités communale et la police à l'encontre de la population et DES MEDIAS?

Il y a peu, en pleine nuit (rue des Roses à TRZ), un incendie volontaire a complètement détruit un véhicule stationné face au domicile de son propriétaire. De plus, des dégradations ont étés commises sur d'autres automobiles. Quelques jours, auparavant, un autre véhicule avait subi une tentative de vol et avait été vandalisé.

J'avais relaté les faits sur facebook. Par la suite, un journaliste m’a contacté et m’a demandé si les faits relatés étaient bien exacts. JE LES LUI AI CONFIRME....et il me répond «  J’ai questionné la zone de police des Trieux qui m’a répondu. "RIEN A SIGNALER".
 
Nombre d’habitants me rapportent que de plus en plus, certaines plaintes ne sont pas prises en considération....

Ma réflexion est la suivante : « Y aurait-il une volonté de minimiser tous ces faits et de faire croire que tout va bien dans notre entité, ou veut-on fausser les chiffres de certaines statistiques?
 
S.B.

13:33 Écrit par UCPW dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

26/09/2009

Le Petit Rapporteur Courcellois (septembre - octobre 2009)

Les taxes revues à la hausse : ça chauffe

L’enlèvement et le traitement des déchets coûteront plus cher

icdi_1635257

Stupeur et damnation jeudi soir à Courcelles lorsqu’Annick Pollart, l’échevine des Finances présente son projet d’ajustement de la taxe sur l’enlèvement, le traitement et la mise en décharge des immondices et déchets.

Robert Tangre, conseiller communal UCPW demande la parole pour s’insurger contre le caractère forfaitaire de l’augmentation (6 €) réclamée. “Si l’on convertit cette hausse en pourcentages”, explique Robert Tangre, “on voit que ce sont les personnes isolées, puis les ménages qui ont à supporter la plus grande variation.

“Pour les premières, c’est une augmentation de 10 % par exemple alors que les propriétaires d’un grand magasin n’ont à faire face qu’à une hausse de moins d’un pourcent. Ce n’est pas juste quand on imagine les revenus respectifs”. Annick Pollart trouve l’argument convaincant. En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, elle accepte de revoir sa position et d’envisager une hausse exprimée cette fois selon un pourcentage commun.

Souci : cette proposition a déjà été formulée en réunion de majorité par le socialiste Frédéric Coppin. À l’époque, finit par s’insurger le père de l’idée, Annick Pollart ne l’a pas acceptée. L’incident échauffe les esprits si bien qu’une suspension de séance est réclamée. Le cours des débats reprend. Annick Pollart présente ses excuses. Sa proposition est finalement acceptée : 10 % de hausse pour tout le monde. Soit, en termes absolus, 66 € à payer pour les isolés, 132 € pour les ménages, 165 € pour les professions libérales, 550 € pour les exploitations à caractère industriel et 825 € pour les grands magasins.

Mathieu Colinet (Extrait de La Dernière Heure)

Cet article mérite toutefois un complément d'informations. Lorsque Robert Tangre parla de l'iniquitéde l'augmentation de la taxe, cela provoqua de violentes frictions dans la majorité.
Lorsque Madame Pollart donna raison au conseiller UCPW, Monsieur Coppin,se leva, courroucé, déclarant:" Je ne comprends pas pourquoi vous donnez raison à un membre de la minorité alors que vous n'avez pas accepté les mêmes arguments en réunion de la majorité (PS-MR)." Ambiance... 
A son tour, Madame  Taquin réclama avec force une suspension de séance du Conseil communal, ce qui lui fut accordé. Les conseillers PS et MR se réfugièrent alors dans un couloir en l'absence de ... tous les membres du Collège communal.

La suspension terminée, la majorité proposa d'augmenter toutes les catégories de citoyens de 10 %. Cette fois, l'augmentation fut votée par la majorité PS-MR, tous les membres de l'opposition s'abstenant. 

A ce moment, Pol Cariat, PS, accusa Robert Tangre d'avoir un comportement hypocrite en ne votant pas la taxe. Ce dernier tint à lui répéter que depuis 20 ans, il votait contre la taxe "déchets" ce qu'il avait longuement développé dans le passé (voir www.ucpw.be) car il estimait que le coût "vérité"* était injuste et qu'il n'acceptait pas le fait que tout citoyen belge ne soit pas amené à apporter la même contribution financière en ce domaine à Courcelles, Chaerleroi, Châtelet, Erquelinnes ou Namur, Seraing, Schaerbeek,... Autrement dit: les citoyens des communes riches contribuent moins que les citoyens des communes pauvres. Il concluait en estimant qu'une mutuellisation du coût des déchets devait être instaurée en communauté Wallonie-Bruxelles.

* Il faut savoir que la Région Wallonne exige des communes que le coût global de la politique des déchets dans toutes les communes de Wallonie doit être couvert à 100 % par les citoyens. C'est ainsi qu'en 2009, la taxe a été augmentée de 5 %, qu'elle le sera de 10 % supplémentaires et ainsi de suite jusqu'en 2013. Les inciviques vont s'en donner coeur joie....


 

Hommage à une grande dame : Magali Moreau

En ouverture du Conseil communal de ce 29 octobre, après l'hommage rendu à notre amie Magali Moreau par le Bourgmestre de Courcelles, Axel SOEUR, le conseiller communal Robert TANGRE a tenu à honorer officiellement au nom de tous les membres de l'Union Communale Progressiste et Wallonne la mémoire de leur amie et camarade trop tôt disparue.

Vous trouverez ci-après l'hommage qu'il lui a rendu.

Chers Collègues,

Voici 21 ans que Magali, moi-même et de nombreux autres courcellois décidions de nous unir pour former un mouvement politique progressiste et pluraliste à Courcelles : l ’UCPW.

C’est ainsi que j’ai fait la connaissance de Magali. De 89 à 95, elle nous a représentés au CPAS puis de 1996 à 2006 au sein de cette assemblée. C’est surtout dès ce moment que notre complicité puis notre amitié se sont approfondies. Elle m’a été d'un soutien total, sans faille, indéfectible.

Magali était une femme courageuse. Il lui a fallu, en effet, beaucoup de courage pour faire face aux dures épreuves auxquelles la vie l’a soumise. Je pense plus particulièrement à la mort brutale de son cher Freddy et suite à ce décès, aux pénibles réalités matérielles auxquelles elle s’est trouvée confrontée. A l’heure où elle réussissait son pari, le sort s’est acharné sur elle et l’accident de santé qui l’a frappée l’aurait rendue infirme à vie.

Magali une femme d’idées. Amoureuse de sa région, elle s’était tout d’abord engagée politiquement au sein du Rassemblement Wallon et lors de la dissolution de ce parti, la franche progressiste à laquelle elle appartenait a fait des choix.  Celui de Magali a été de travailler à un mouvement ouvert et pluriel. Nous lui sommes reconnaissants des apports intéressants qu’elle a toujours amenés dans nos débats et nos choix politiques.

Magali avait la fibre sociale. Tant dans son travail, dans son environnement familial ou dans sa vie publique, elle a toujours eu comme préoccupation de venir en aide aux laissés pour compte de notre société.

Magali n’était pas vénale. Elle méprisait les responsables politiques qui profitent de leur fonction pour obtenir des avantages bassement et égoïstement matériels.

L’engagement de Magali était profond. Elle l’a prouvé en restant fidèle au choix qu’elle fit en 1988 lors de la création de notre alliance. Si quelque chose lui déplaisait, elle n’avait pas de porte de derrière.

Magali était une femme d’ouverture. Permettez-moi de rappeler certaines discussions franches, ouvertes avec des conseillères d’autres groupes politiques de cette assemblée, des femmes de tempérament tout comme elle, n’est-ce pas Mademoiselle Pollard mais aussi lors de la précédente mandature, Madame Lambot.

Personnellement, je perds tout à la fois une camarade et plus encore une très grande et chère amie.
L’UCPW perd une compagne de combat de grand format.
Courcelles perd une grande dame.

Merci à vous de m’avoir écouté et puis-je me permettre de vous demander de saluer sa mémoire par vos applaudissements

Robert TANGRE

 


 

L’UCPW est en nouveau en deuil: Magali Moreau nous a quittés.

magali moreauPour la seconde fois en deux bons mois, l’UCPW est à nouveau cruellement touchée par le décès de notre amie Magali MOREAU, ancienne Conseillère communale et CPAS.

Les funérailles se dérouleront le lundi 02 novembre 2009.

- Levée du corps à 13 heures 15’, au domicile, rue Trieu Braibant, 21 à 6180 Courcelles.
- Incinération au crématorium de Gilly à 14 heures
- Dispersion des cendres au cimetière de Courcelles.

Nous lui rendrons hommage dans une prochaine édition du Petit Rapporteur Courcellois.

Le Comité de l’UCPW


 

 

Etat du cimetière de Trazegnies

100_0717En mai dernier, l’asbl Progrès et Culture a rendu hommage aux mineurs victimes du coup de grisou survenu dans le puits n° 6. A cette occasion, les personnes présentes ont pu constater l’état de décrépitude dans lequel nous laissons aller le cimetière.

Un mur s’est effondré sur une grande partie de sa longueur. Les briques sont tombées sur les tombes situées en contrebas et restent sur place. Des toilettes moyenâgeuses ouvertes à tout vent découragent quiconque d’entrer.

Indépendamment de ces remarques importantes, le cimetière est très bien entretenu et mes remerciements vont à la personne ou aux personnes chargées de son entretien.

Cette visite m’interpelle :

100_0715- Le mur est en très mauvais état et devrait être réparé afin d’éviter toute intrusion la nuit. Des faits de vandalisme récents se multiplient dans de nombreux cimetières de la Région wallonne avec bris de pierres tombales, vol de bronze,…
- Assurer la sécurité du cimetière signifie outre la réparation du mur, une fermeture quotidienne du cimetière. Pouvez-vous me faire savoir si nos cimetières sont fermés après le départ des fossoyeurs ?
- D’autre part, les hommes travaillant dans ces lieux ont comme tout humain des besoins à satisfaire. Où peuvent-ils le faire quand on voit la saleté de mal nommé « lieu d’aisance » ?

Réponse de l’Echevin Hansenne

100_0721Le cahier des charges pour la réfection du mur a été soumis au Conseil d’avril dernier. Toutefois, le fermier propriétaire du terrain jouxtant le cimetière veut être dédommagé pour passer sur son bien. Pour ce qui concerne le confort des ouvriers, il y a une toilette avec douche qui a été construite depuis un an et demi. La photo que Monsieur Tangre  a déposée dans le dossier concerne l’ancien bâtiment.

Le conseiller UCPW rétorque à l’Echevin que le respect des morts exige toutefois que les tombes soient nettoyées. En ce qui concerne, le litige avec le fermier, n’existe-t-il pas une justice de paix à même de trancher et ce d’autant plus que la réparation est d’utilité publique.

100_0722Le conseiller prend bonne note de la réponse de l’échevin en ce qui concerne les sanitaires. Il lui fait cependant remarquer que les anciennes toilettes sont ouvertes et que pour les personnes étrangères à Courcelles suivent inévitablement la direction affichée par le panneau « WC ». Qu’on ferme cette toilette et qu’on retire le panneau conclut-il.

Toutefois, l’Echevin n’apporta aucune réponse quant aux questions concernant la sécurité dans nos cimetières. L’UCPW réinterrogera le Collège échevinal lors d’une prochaine assemblée.


 

Enfin une CCATM

CCATMAprès l’installation d’un nouveau Conseil communal (décembre 2006), il aurait fallu lancer l’appel à la constitution d’une nouvelle Commission Consultative de l’Aménagement du Territoire et de la Mobilité.

La majorité a fait preuve d’inertie pour lancer l’appel et des erreurs ont été commises dans la constitution des listes présentées à la Région Wallonne. Il a fallu s’y reprendre à plusieurs reprises. Rien de tel pour lancer appel sur appel et décourager les citoyens volontaires qui veulent consacrer du temps et des efforts à la chose publique.

Finalement, fin juin, tout était réglé après un vote à l’unanimité du Conseil communal.

A ce jour, après trois mois pourtant, aucune réunion n’a encore été convoquée. Il y  a urgence car dans trois ans, les Courcellois seront à nouveau appelés aux urnes et au train où va l’attelage collégial, la commission risque bien de ne pas être convoquée souvent. Pourtant il y a bien des matières à débattre…

a) La présidence :
Mme Caroline TAQUIN, Enseignante – Conseillère communale (MR)

b) Les représentants du secteur public :
Mr Christian MEUREE, employé – Conseiller communal MR, suppléant Mr Gérard SPITAELS, sans profession – Conseiller communal MR,

Mr Christophe CLERSY, employé – Conseiller communal ECOLO, suppléant Mr Robert TANGRE, instituteur – Conseiller communal UCPW

Mme Caroline BUDA, régente en économie – Conseillère communale CDH, suppléant Mr Aurelio CIGNA, agent d’assurance – Conseiller communal

Mme Béatrice NOUWENS, employée – Conseillère communale PS, suppléant Mr Frédéric COPPIN, receveur – Conseiller communal PS

3°) Les 12 représentants du secteur privé :
Mr DUBOIS Roger-Marie, docteur en sciences, suppléant Mme PICARD Nelly, docteur,

Mr Guy LEBRUN, mécanicien, suppléant Mr SAMAIN Philippe, technologue en imagerie médicale,

Mr LESAGE Laurent, ingénieur, suppléant Mr FIELZ Yul, analyste-programmeur

Mr CAPOUILLEZ Denis, ingénieur industriel, suppléant Mr KAIRET Timothy, régisseur TV

Mr GLINEUR Francy, architecte, suppléant Mr CYMBALENKO Michel, entrepreneur

Mr BEGUIN Jean-Claude, indépendant, suppléant Mr FIERS Fabrice, indépendant en menuiserie

Mr VAN STEENKISTE, pensionné, suppléant : Mr MOLLE Marcel, retraité policier

Mme LECOMTE, licenciée en biologie, suppléant Mr DAUBE Pierre, laborant

Mr TARABORRELLI, ingénieur industriel, suppléant Mr D’AGOSTINO Guiseppe, contremaître Fafer préretraité,

Mr TORFS Guy, ingénieur, suppléant Mr VAN BOSSCHE Jean-François, agent Belgacom

Mr LEBRUN Maurice, retraité de l’enseignement communal, suppléante Mme HANSENNE Isabelle enseignante et Mme BRION Martine, bibliothécaire

Mr DELATTRE Rudy, ingénieur système, suppléant Mr LOUCHEZ Philippe, ouvrier concierge école communauté française


 

Etat de certains trottoirs situés dans la cité Beguin de Trazegnies.

Trazegnies3

 
Lors de la séance d'août dernier, le conseiller communal UCPW  Robert TANGRE a interpellé le Collège échevinal à propos du manque d'entretien de certains trottoirs de la cité Beguin à Trazegnies. Alerté par des photos placées sur facebook, le conseiller a jugé utile d'appuyer les plaintes de ses concitoyens. Comme vous le constaterez,  la photo jointe parle d’elle-même. Evidemment, à ce moment, nous étions en plein été et les herbes croissaient tandis que les « désherbeurs » communaux étaient absents. 

Trazegnies1C'est bien le service des travaux qui est responsable de l'entretien des trottoirs. L'Echevin Hansenne ne pouvait qu'en convenir. Malgré le fait qu'il tenait à minimiser la responsabilité de ceservice, il devait bien reconnaître également que les herbes commencent à croître dès la fin mars et qu'il ne faut pas attendre la mi-juillet (moment où un grand nombre d'ouvriers sont en congé) pour procéder au nettoyage nécessaire.

Tout comme pour une de ses autres interpellations, le conseiller UCPW soulignait qu'il s'agissait aussi de respect pour la personne disparue puisque les herbes folles dissimulaient le monument Raoul Nachez?.

 

22:28 Écrit par UCPW dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/08/2009

Le Petit Rapporteur Courcellois (août 2009)

La poste et... la personne handicapée....

poste-handicapes2

La Poste n'arrête pas de fermer des bureaux - dividendes aux actionnaires
oblige!- et du coup il lui manque des emplacements de parking...au point de
 garer ses véhicules sur des emplacements réservés aux handicapés...

L'UCPW


 

Le Comité Consultatif des Locataires et Propriétaires a son site internet

Après l’installation du nouveau comité d’administration de la société d’habitations sociales courcelloise «  A Chacun son logis » fut  lancé un appel à la constitution d’une Comité Consultatif des Locataires et Propriétaires comme la loi l’y oblige. Ce Comité fonctionne activement de puis de nombreux mois. Un de ses membres, le président, est devenu en outre membre du CA de la société. Des réunions sont organisées  régulièrement pour répondre aux nombreuses demandes qui lui sont adressées aujourd’hui par les locataires. Nous ne pouvons que  féliciter et remercier les membres bénévoles de leurs interventions citoyennes, seule façon de faire vivre pleinement la démocratie. Pas mal de problèmes posés ont été résolus jusqu’à présent cependant les problèmes récurrents de sécurité dans les cités d’habitations sociales restent latents comme en témoignent les articles repris sur le bloc du CCLP récemment créé (http://cclp-ascl.skynetblogs.be. Dans ces articles, nous nous sommes permis de mettre entre parenthèses, deux compléments d’explication pour une meilleure compréhension par nos lecteurs.
Bon courage, mesdames et Messieurs, vous avez notre plus total soutien.

Le Comité de l’UCPW

CITE RENARD
cité RenardLe lundi 17 courant vers 22h30 des locataires sont surpris, c'est le moins que l'on puisse dire, par l'éclatement d'un double vitrage d’une fenêtre en façade. Ils sont pétrifiés par le bruit mais surtout par l'objet qui vient de faire un atterrissage dans le logement, un pavé ! Si une personne s’était trouvée au mauvais endroit à ce moment-là, bonjour les dégâts pour traumatisme humain que cela aurait causé. Le temps de se ressaisir et de sortir : les "casseurs" ont disparu. Le comble de cette affaire: la locataire est membre du Cité Renard2CCLP et s'occupe bénévolement d'apporter l'aide nécessaire à ses concitoyens locataires des cités ? Il est évident qu'une plainte fut déposée. La société bailleresse va effectuer la dépense nécessaire pour la remise en état mais les frais seront répartis sur l'ensemble des locataires comme chaque fois que la société intervient pour de tels cas car ce sont les locataires qui paient. Le code Civil relate des lois au chapitre II « Des Délits et des quasi-délits » art. 1382-1383-1384 dont la justice doit faire force d'application lorsque les fauteurs de troubles sont connus. Quand va t-elle en prendre conscience ? Inutile de faire un rappel sur d'autres faits dans cette cité en se souvenant du drame de Jamioulx (un des fauteurs de troubles de la cité faisait partie de la bande qui a tué le boulanger du lieu, ndlr) et pourtant la justice avait connaissance de certains si pas de tous les auteurs des incivilités ? Dans les prochains articles je parlerai sur le comportement et l'environnement. 
 


CITE RENARD
DCité Renard garages 2Après une petite accalmie cette cité est de nouveau en proie à des actes de vandalisme. Qui a bouté le feu aux garages ! Des jeunes avaient pris possession d'un garage en le meublant avec des fauteuils et une table, afin de se réunir le soir. Ils n'étaient pas trop turbulents et la police faisait des rondes régulières. Il est bien évident que prendre l'initiative de cette installation n'avait pas reçu l'agrément d'une quelconque personne ou administration. Pour notre part, il valait mieux surveiller une concentration de jeunes dans un endroit accessible Cité Renard garages1que de squatter des logements inoccupés et de détruire ce qui est possible de détruire. Mais voilà, ce n'était pas l'opinion de tout le monde mais on ne peut pas certifier qui est l'auteur de ce geste irréfléchi, car des garages contigus étaient occupés par des véhicules. Malheureusement, il y a toujours la crainte de représailles et des personnes ne veulent pas témoigner  (car la personne qui a bouté le feu aurait été vue)? Les jeunes qui avaient pris possession de ce garage reprennent maintenant le petit jeu des "méchants" et en font payer aux locataires cet acte d'inconscience. 

Signé : le président : JMG


 

 

 

 

Hommage rendu à Richard Henne le 18 août 2009

UCPW056-henne72DPILundi 11 août, un coup de fil : « Robert, ici Patrick Henne, papa est hospitalisé et le mal est irréversible. Le lendemain, le triste diagnostic est confirmé, Richard a abandonné la lutte.

La nouvelle surprend tous ses amis et camarades qui l’avaient vu participer début juillet, avec eux, à la marche ADEPS organisée par Progrès et Culture, sirotant le bon verre de bière, seule dérogation au régime auquel il s’astreignait. Richard allait avoir 82 ans en octobre prochain et pour tous, il semblait fait pour vivre encore très longtemps. Portant beau, bien droit, il continuait à militer à son rythme.  En juin dernier, il avait encore distribué des tracts pour la campagne électorale. Au quotidien, il tenait toujours la caisse de la section de Courcelles du PC. L’annonce de son décès provoqua parmi ses proches, ses compagnons de travail ou de combat, la stupéfaction. Ne venait-on pas encore ce jour-là de le voir interviewé dans un reportage de Télésambre et ce, juste après l’hommage rendu à Ernest Glinne.

Il fallait se rendre à l’évidence. Richard avait rendu son tablier, discrètement  comme l’homme, le brave  qu’il était.

Né le 31 octobre 1927, Richard Henne est fils de mineur. Il a huit frères et soeurs et toute la famille vit dans un coron. Alors qu'il n'est âgé que de 14 ans, son père décède après 27 ans de ce travail que Richard ne cessera de rappeler sa vie durant aux jeunes générations installées dans leur confort actuel. .
Il faut alors subvenir au manque d'argent causé par le décès et Richard et deux de ses frères, partent travailler à la mine eux aussi. Sa carrière débute en 1942, aux puits n° 2 des Houyères-Unies d’Anderlues. En 1949. Il rencontre et marie une fille de Souvret, notre amie Alfréda Her. De cette union naîtra leur fils unique Patrick. 

A cette époque, le mineur pouvait quitter un emploi et travailler ailleurs le lendemain. Richard pour de nombreuses raisons travailla dans de très nombreux charbonnages et je cite en vrac au n° 6 de Souvret, à la Nay à Bois de Roux, au n° 3 de Monceau-Fontaine, au sacré Français de Dampremy,  au n° 14 de Goutroux, au n° 5 de Mariemont  Bascoup,  au St Arthur à Liège, au Vieux Campinaire, J’arrête ici la liste est longue.

Dans ce charbonnage, Il décide alors de quitter l'exploitation de son plein gré, vu les conditions intolérables de travail qui y étaient appliquées.
Ici, il est licencié parce qu’il n’a pas  rendu à temps un justificatif d'arrêt de maladie. Les patrons de l'exploitation, sachant qu'il était syndiqué et militant communiste, sautent sur l'occasion pour le mettre à la porte.
Vers 1954, les puits ferment au fur et à mesure et notre mineur est transféré dans d’autres puits.
Ici, il est licencié comme fauteur de troubles car communiste.
Là, la cause de son licenciement ne lui est pas communiquée.

En 1963, Richard introduit une demande de pension d’invalide car le travail est harassant et son état de santé se dégrade à cause de la silicose.

Richard a souffert de cette triste maladie du travail mais tout comme notre regretté Jean-Baptiste Sturbois, il a toujours pris soin de lui et s’est protégé contre la poussière, élément qui lui a certainement permis de vivre jusqu’aujourd’hui.

Voici pour le travailleur, l’homme en 1950 adhérera au Parti communiste et cet engagement le poussera à s’investir dans le syndicalisme militant.

1953 est une année d'élections syndicales. Richard Henne fait partie du syndicat unique des mineurs. Il fait sa "petite propagande", comme il le dit modestement, afin d’inciter ses camarades de travail à adhérer à  ce syndicat. Il organise ainsi un meeting dans les douches de la mine. Huit jours plus tard, il est convoqué par le directeur qui le licencie sur le champ.

Au Sacré-Français à Dampremy (une société du Mambourg), il dénonce l'insalubrité des douches.
En décembre 1960, commence la grande grève et Richard s'allie aux militants FGTB et CSC devant les grilles du St Arthur pour expliquer à ses compagnons de travail qu'une solidarité entre tous les mineurs est indispensable afin de lutter contre la Loi Unique. Là, encore une fois, il est remarqué parmi la centaine de manifestants présents et la direction lui "met un billet à sa médaille" comme il le disait et le licencie sans motif. Chômeur, il continue le mouvement de grève malgré tout, se rendant quotidiennement à la Maison du Peuple de Roux lieu de rassemblement des mineurs.

Plus tard, il adhèrera à la Centrale générale FGTB au sein de laquelle il continuait à militer. C’est d’ailleurs en fin d’une réunion, qu’il ressentit le malaise qui allait le terrasser.

Richard pensionné n’allait pas rester inactif. Il commença alors à militer pour le Parti communiste quasiment quotidiennement sans compter ni son temps ni ses efforts. Il était alors à la porte des entreprises distribuant tracts ou vendant le Drapeau Rouge. Il milita à Roux jusqu’en 1976 moment de la fusion des communes car le quartier Bois du Sart où il habitait fut rattaché par la suite à Courcelles. Il aimait la République Démocratique Allemande vendant chaque mois de nombreux exemplaires de « RDA – revue ». Il cotisa de très nombreux membres.

En 1983, il fut élu conseiller communal de Courcelles sur la liste de cartel Parti communiste-Socialistes indépendants.

Pour en terminer, je dois rappeler le combat qui lui tint le plus à cœur : la lutte pour la défense de la paix. Mineur, il était internationaliste. La colombe posée sur son cercueil rappelle ce combat. Mineur, il pratiquait le partage. C’est ainsi qu’il nous raconta une anecdote qui dut alimenter son besoin d’internationalisme. 

C’était pendant la guerre.  L’entraide et la solidarité jouaient à fond. Parmi ses compagnons de travail, il y avait  des Russes capturés par les Allemands et forcés de travailler à la mine. En ces temps difficiles, si les mineurs belges avaient un niveau de vie frisant la précarité, les Russes captifs, eux, étaient parqués dans des baraques insalubres, baraques que accueilleront les travailleurs italiens quelques années plus tard. Ils n'avaient rien ou presque pour vivre et quand les mineurs cassaient la croûte, ils en donnaient une partie à leurs camarades russes.

Richard a dû se souvenir d’eux par la suite quand il milita au sein de l'Union Belge pour la Défense de la PAIX (l’UBDP)  lorsqu’éclata la guerre froide, le conflit de Corée, la lutte contre la bombe atomique, la guerre du Vietnam, les guerres de décolonisations, l’installation des fusées américaines à Florennes.

En 1989, Richard crut qu’une nouvelle ère allait commencer pensant que les peuples et leurs dirigeants allaient travailler pour l’amélioration sociale de vie des travailleurs. Progressivement, il dut se rendre compte que l’impérialisme était toujours présent au travers des horribles aventures guerrières menées depuis lors.

Une vie d’homme avec un H majuscule vient de prendre fin. Richard tu as mérité notre respect à tous, tes anciens compagnons de travail, tes camarades communistes et tes amis et allés de l’UCPW.

Par ma voix, ils te disent tous « Au revoir Richard ».

Robert TANGRE


 

 

La section de Courcelles du Parti communiste
L'Union Communale Progressiste et Wallonne
L'asbl Progrès et Culture
 

 
 
ont le triste devoir de vous apprendre le décès de leur ami ou camarade Richard HENNE, ancien conseiller communal

Doyen de ces diverses associations, toujours en pleine forme, Richard assumait encore malgré son grand âge des responsabilités politiques et administratives.
C'est ainsi qu'il représentait l'UCPW au sein du collectif du 3 ème âge mis en place par le conseil comunal de notre commune. Hier matin, à la fin d'une réunion de cette association, il fut pris d'un malaise et embarqué en ambulance. Il tomba dans le coma. Le mal s'avéra rapidement irréversible et Richard décéda ce mardi après-midi.

Les funérailles de Richard se dérouleront le mardi 18 août prochain. La levée du corps aua lieu à 13 h 15 au funérarium Jonckeers, avenue Jean Jaurès à Courcelles et la cérémonie de crémation se déroulera à 14 à Gilly.
 
Si vous ne pouvez venir lui rendre hommage, vous pouvez envoyer un mot de sympathie à sa veuve et sa famille au 101 rue Bois du Sart à 6180 Courcelles.
 
Pour les diverses associations,
Robert TANGRE
Conseiller communal.
 
PS : La famille ayant souhaité que je prononce l'éloge funèbre de Richard, je ne serai donc pas plus long aujourd'hui.
 
Hier, Télésambre transmettait une émission sur le Bois du Cazier. Richard y était interviewé, cliquez donc http://telesambre.rtc.be/content/view/5904/166/

 

spit

Photo prise lors de la présentation du livre "Obama" présenté par Guy Spitaels , ancien président du PSB


 

 

Mesdames, Messieurs,

 

Vous avez été vraiment très nombreux à réagir à l'hommage que j'ai rendu au Camarade Glinne au nom de l'UCPW. Je vous remercie des paroles agréables que vous m'avez adressées après votre lecture et des commentaires qui complétaient justement mon billet. 

 

La famille a fait transmettre à l'administration communale le détail des cérémonies qui se dérouleront le jour des funérailles.

Celles-ci auront lieu le lundi 17 août 2009.

 

 Levée du corps au funérarium DEMIERBE/JONCKERS, rue Jaurès, 50 à 10h10’

(Visites le samedi et dimanche de 16h à 18h)

Cérémonie d’hommage à la Posterie à 10h30’

 

Crématorium de Gilly à 12h30’

 

Dispersion des cendres à Gilly ou à Forchies la Marche.

 

 

Nous serons nombreux à l'accompagner dans son dernier voyage.

 

Robert TANGRE

 

Ce 10 août, Ernest Glinne  est décédé. L’Union Communale Progressiste et Wallonne lui rend hommage


Adieu l’Ernest, on t’aimait bien


ernestglinneQuelle ne fut pas ma surprise, cet après-midi d’apprendre que tu avais décidé de partir seul, en silence. Tu nous quittes pendant une journée estivale très chaude affalé sur ta pelouse. Malgré les chants oiseaux, ton corps a décidé que tu en avais assez  fait.

Tu ne nous avais jamais habitué à une telle discrétion. Tes sorties furent nombreuses et éclatantes. Il y a un peu plus de trois mois encore avec la superbe qu’on te connaissait, avec éloquence tu annonçais en ouverture du Conseil communal ton adhésion au mouvement rattachiste avec la France

C’était bien toi, depuis l’époque d’Ernest le Rebelle, il te fallait surprendre. Ce fut ton dernier défi. Personnellement, tout comme toi, je crois que se posera un jour l’éventuelle question du rattachement de la Wallonie à la France.

Ce faisant, tu ne reniais pas ton passé écologiste et encore moins le militant socialiste que tu restais au plus profond de toi-même. En parlant de France, tu voulais rappeler aussi à tous les valeurs réelles du combat de la gauche : la liberté, l’égalité et la fraternité. Lorsque tu m’as exposé ton choix, tu as voulu souligner que si nous étions citoyens français nous aurions mené ensemble le combat pour la liste électorale Front de Gauche unissant militants socialistes et communistes.

Pourtant en luttant chacun à notre façon, même si nous avons pu nous opposer, nous nous retrouvions dans les grands combats de société. Permets-moi de t’en rappeler au moins deux : le Comité Chili et la lutte pour l’interruption volontaire de grossesse lors de l’arrestation du Docteur Peers.

Beaucoup de choses nous avaient pourtant opposés, des combats vus avec le recul nécessaire bien futiles où les uns et les autres nous nous donnions à fond à coups de pages entières dans La Petite Lanterne. Tu étais un adversaire coriace mais tu avais face à toi, un adversaire aussi coriace que toi car Courcelles s’était payé durant de très nombreuses années le luxe d’élire deux parlementaires de grand format. Ce qui frappait c’est que les noms accolés tintaient comme le bourdonnement d’une cloche Glinne - Glineur. C’était aussi l’époque où la gauche socialiste et communiste récoltait à Courcelles 75 % des voix. Deux frères ennemis qui ont travaillé six ans ensemble, toi comme Bourgmestre lui, comme 1 er échevin et échevin des travaux. De mémoire de Courcellois, ce fut une alliance qui innova car bien avant le slogan «  faire de la politique autrement », elle avait, par exemple soumis le budget communal annuel à l’avis de la population. Par la suite, il ne fut plus question de telles initiatives, les majorités successives devant, seules, décider.

Depuis l’an 2001, jour de ton retour au sein de notre conseil communal, nous avons appris à mieux nous connaître, à discuter, à partager. Tes discours très généreux dépassaient très souvent les limites de l’entité courcelloise mais ils ont toujours témoigné de ta constance dans tes combats pour une Europe sociale.

L’un et l’autre, à nouveau, nous nous sommes retrouvés pour dénoncer cette Europe du libre marché » par sa dévotion au grand capital. Ce fut aussi le cas dans bien d’autres domaines de la politique internationale comme la guerre otanienne menée par les USA en Irak.

Le temps rapproche les êtres humains et je me rappelle qu’il y a trois mois, à l’initiative de Progrès et Culture, tu retrouvais ton ex-adversaire pour la présidence du PSB, Guy Spitaels autour du dernier livre que ce dernier venait de publier

Pour en terminer, j’aimerais te rappeler ces après réunions où tu m’as souvent pris comme confident, ouvrant ton cœur et partageant tes peines, toi, l’homme vieillissant. Merci pour ce témoignage de confiance que tu m’as accordée.
Tu fus un être complexe, comme tout être humain tout simplement

Adieu mayeur, adieu camarade.

Je tiens à adresser en ce triste moment un souhait au nom de ma formation politique, l’UCPW : « Que nombreux et nombreuses soient les Courcellois et Courcelloises qui viendront te rendre un dernier hommage. »

Robert Tangre 

 

 

21:53 Écrit par UCPW dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

14/07/2009

Le Petit Rapporteur Courcellois (juillet 2009)


Axel SoeurLa majorité courcelloise ne se porte pas bien . Chaque Conseil communal prouve que le premier parti courcellois est bien malade depuis les dernières élections comunales et surtout depuis qu'Axel SOEUR, le nouveau Bourgmestre a mis en cause la gestion de ses prédécessurs dont quatre d'entre eux siègent encore au sein du Conseil communal, trois font d'ailleurs partie du présent Collège communal. Les Echevins Krantz, Lemoine et Hansenne n'ont pas digéré la pilule tout comme le chef de groupe PS, ancien échevin des finances, Pol QUERIAT qui s'est vu refusé la présidence des habitations sociales. Dans les interventions de certains conseillers socialistes, on perçoit le divorce. Et dans les apartés, les divergences sont dites très clairement. D'autre part, les heurts avec l'échevine des finances, Annick Pollart ( qui accomplit pourtant un travail remarquable) sont réguliers.

Si le résultat électoral de l'actuel borgmestre fut honorable , il ne l'a pas dû à ses propres corélégionnaires comme en témoigne l'article que nous avons récupéré sur le site de La Dernière Heure. Publiquement, cela se traduisait par le fait que de nombreux militants socialistes n' avaient pas placé l'affiche de leur chef de fil à leur fenêtre.

Bourgmestre au soutien limité : candidat, Axel Sœur reçoit un appui peu soutenu du PS Courcellois

Sans doute Axel Sœur pouvait-il s'attendre à un plus grand soutien des socialistes de son entité. Choisi par la fédération du PS pour être le sixième candidat effectif sur la liste régionale, le bourgmestre de Courcelles n'a pas bénéficié dans ses propres rangs du soutien généralement apporté au premier citoyen d'une commune.

Christian Hansenne, le 1er échevin dit de façon fort générale soutenir la liste PS alors qu'un de ses fils, hier encore membre de la section PS de Courcelles, expose à ses fenêtres des affiches des candidats d'autres partis, celles de Caroline Taquin (MR) en tête. Parmi les membres du collège, le soutien à la personne d'Axel Sœur est marqué par une absence manifeste de chaleur. Roland Lemoine, 3e échevin affirme qu'il soutient tous les candidats de la liste PS : "J'ai une philosophie de parti", affirme-t-il tout en reconnaissant que la mise sous tutelle de l'USC a en son temps créé des dissensions parmi les camarades courcellois. "Sans cela, il y aurait peut-être eu plus de fraternité entre les membres", ajoute-t-il. En dehors du Collège mais toujours à l'intérieur de la majorité, le conseiller communal PS Pol Queriat va dans le même sens :" Je soutiens la liste socialiste", explique-t-il, "tout en restant neutre".

Axel Sœur ne nie pas que les rangs du PS sont animés par une certaine rancœur depuis le dernier scrutin communal. "Elle ne s'exprime pas de façon directe", explique-t-il. "Mais de manière latente, à certains moments seulement. Il ne faut donc pas exagérer sa portée. Je suis tout de même satisfait du soutien que je reçois des habitants de la commune".

Mathieu Colinet


 

L’état d’un trottoir de la rue Monnoyer est particulièrement déplorable.

trottoir-Monnpoyer2

A plusieurs reprises, dans le passé, j’étais intervenu pour dénoncer l’état de certains trottoirs endommagés par le passage ou le stationnement réguliers de véhicules particulièrement lourds. C’était le cas rues des Combattants et Denis. Monsieur Hansenne fit rénover l’entièreté de plusieurs trottoirs du quartier et consolider l’assiette de ces derniers sur lesquels devaient passer des véhicules.

Une situation semblable existe à un endroit précis à la rue Philippe Monnoyer. Le trottoir qui donne accès au parking des mutualités chrétiennes et aux nombreux garages situés en arrière-plan est dans un état pitoyable. Les dalles sont disjointes et écrasées.

L’endroit présente un danger pour tous les piétons et plus particulièrement pour les vieilles personnes, les invalides ou handicapés et les mamans avec leurs landaus.

Lors de la précédente législature, sur proposition de Monsieur Quériat, le Conseil avait approuvé la mise à disposition, gratuitement, de matériaux pour que les particuliers puissent réfectionner eux-mêmes leur trottoir. Il est inutile de rappeler que les trottoirs ont été payés par les riverains sur la longueur de leur propriété et qu’ils doivent procéder à les garder en l’état.

Ici la situation se corse car les véhicules qui endommagent les trottoirs se rendent tant sur le parking des mutualités qu’en direction des garages. Si nous n’avions que deux propriétaires, la solution pourrait être simple, il suffirait de partager les frais de réparation de façon équitable entre deux parties. Cependant d’après les informations que j’ai recueillies, si les garages ont bien été construits par un propriétaire, avec les années, certains ont été vendus et le nombre des parties amenées à intervenir dans le coût de la réparation complique bien le problème.

Quelles solutions, le Collège pourrait-il proposer pour obtenir une réparation rapide des lieux après consultation de l’ensemble des parties 

Le débat :

M. SOEUR rappelle qu’une prime par 25 euros/m2 est prévue pour aider les riverains à réparer leur trottoir.

M. TANGRE déclare que dans ce cas bien précis, le trottoir est la propriété de divers occupants. Il faudrait dès lors se concerter pour trouver une solution équitable. Il serait sans doute souhaitable de renforcer l’assiette des trottoirs.

M. HANSENNE a demandé au service Travaux d’intervenir auprès des mutualités chrétiennes. Nous réparerions nous-mêmes et fixerions un montant au prorata.

Et comme d’habitude, attendre et espérer que l’interpellation ne soit pas oubliée.

  


 

Geneviève Tabouis avait raison: il y a bien eu du rififi au sein du Collège communal de Courcelles comme en témoigne l'article ci-dessous extrait du Journal "La Dernière Heure" du 16 juillet dernier. Mademoiselle Pollart est revenue sur sa décision, l'UCPW s'en réjouit car le travail réalisé par cete échevine avec tout son personnel des finances mérite toute notre considération.

L'échevine Annick Pollart a failli démissionner

annick pollartCollège communal éprouvant, ce mercredi après-midi. En effet, on a échappé de justesse à la démission de l'échevine en charge des Finances, Annick Pollart. Voulait-elle abandonner son mandat en cours ou simplement être dégagée de ses responsabilités en matière de finances ? L'affaire n'est pas très claire.

On apprend toutefois que ce n'est pas la première fois que l'échevine évoquait la possibilité de quitter ses fonctions. Et le bourgmestre, Axel Sœur, a précisé que, cette fois, sa lettre de démission était bel et bien rédigée.

Cependant , il semble qu'en fin d'après-midi, la crise était passée. Et la missive rangée au placard. "Après de longues discussions, Melle Pollart est revenue sur sa décision, il n'est plus question qu'elle démissionne", a encore déclaré le bourgmestre, non sans soulagement.

FVL


 

A propos du compte 2008.

Le compte communal doit toujours être soumis à l’appréciation du Conseil communal avant le 31 mars de l’année qui suit. Il aurait donc dû nous être présenté avant le 31 mars 2009. Nous ne critiquerons toutefois pas le travail réalisé par Madame Pollart et son équipe car nous avions tellement pris l’habitude de voter le compte en octobre et parfois novembre. Rendez-vous compte du progrès réalisé…

Place au débat :

M. CLERSY (ECOLO) salue le travail effectué mais constate qu’en matière d’E-Compte, les progrès ne sont pas spectaculaires. Il pense qu’il faudrait sans doute adresser un courrier au Ministre Courard pour l’aider à faire progresser l’outil.

M. SOEUR déclare que le programme a été d’abord développé pour les CPAS et que nous sommes toujours en phase de test.

Rappelons à ce propos que Courcelles avait été choisie par le ministre pour présenter cet outil destiné à faciliter la compréhension des conseillers communaux.

Melle POLLART, de son côté, admet que le CPAS de Courcelles a eu l’opportunité de servir de pilote. Au niveau de la Recette communale, des efforts sont faits mais il subsiste quelques problèmes.

M. TANGRE remercie l’Echevine, la Receveuse et le personnel pour le travail accompli. Il met toutefois en exergue les 3 points ci-après :

1. Il constate l’ augmentation des frais de fonctionnement notamment ceux du Centre de tri communal, parce que, déclare le conseiller UCPW, des firmes privées (qui travaillent pour la Commune) ont déposé leurs déchets sur le site. Il souhaite qu’une vérification intervienne.

M.TANGRE précise qu’à une certaine époque les clôtures ont disparu et que des firmes privées ont déposé gratuitement et ont fait payer la Commune deux fois : une première fois pour l’enlèvement des déchets, conformément au cahier des charges et une seconde fois pour l’évacuation des mêmes déchets par le service des travaux.

M. SOEUR admet qu’il y a eu une série de problèmes au Centre de tri. Pour s’être rendu sur place, il y avait effectivement des déchets d’inertes qui dataient de quelques années. Le Collège a fait procéder au nettoyage complet du site, la clôture a été réparée et un employé est affecté au Centre.

2. Autre constat : l’augmentation des frais d’électricité et de chauffage facturés par la société  Luminus. Outre le manque de sérieux du service de facturation de cette société et le coût élevé de l’électricité fournie, M. Tangre considère que sous prétexte d’énergie verte, les anciens monopoles de l’électricité ont racheté les petites sociétés concurrentes fixant du même coût des prix très élevés. Il rappelle que le Conseil communal de Courcelles s’est déchargé de ses responsabilités en confiant le choix du fournisseur d’électricité à une centrale d’achat prétextant que cette dernière rassemblant toutes les institutions publiques aurait un poids suffisant pour faire baisser le coût de l’énergie. La commune s’est ainsi privée de tout pouvoir de choix. Il demande en conclusion à l’Echevine des finances de relire le contrat qui nous lie à cette centrale d’achat afin de mettre fin si possible au contrat qui nous lie avec la centrale d’achat.

Melle POLLART donne raison au conseiller UCPW lorsqu’elle lui répond qu’au niveau du gaz,  on peut constater que les graphiques des coûts ont pratiquement doublé. L’Eco-conseillère a été chargée de prendre contact avec IGRETEC car il  semblerait qu’Electrabel soit plus raisonnable au niveau du coût des diverses fournitures. Elle va demander des comptes à Luminus et envisage de discuter du problème au sein d’une Commission communale.

M. CLERSY déclare qu’il y a des bénéfices à réaliser au niveau de l’énergie verte. Dans le Brabant wallon, la centrale d’achat est plus exigeante et le rendement est assez élevé. Il n’y a pas d’appel d’offre au niveau des projets éoliens et cela va à l’encontre de ce que préconise la Région Wallonne.

Melle POLLART admet que la puissance politique des communes est plutôt faible vis-à-vis des intercommunales.

3. M. TANGRE partage les propos de M. CLERSY, au niveau de l’E-Compte. Nous avions un outil communal performant ( Nouvelle Comptabilité). Le conseiller souligne qu’il avait été enthousiasmé par la présentation, mais des changements ont été apportés et il faut constater que l’outil mis à la disposition des communes n’est guère performant. Il regrette en outre que les garanties employées auparavant dans la Nouvelle comptabilité communale ont tout simplement disparu

M. PAYEN déclare qu’au niveau du CPAS l’E-Compte est devenu fonctionnel, mais toujours en phase d’essai. Lorsque laReceveuse constate certaines anomalies elle les communique à la RW dans un soucis d’amélioration.

Le Compte communal de l’exercice 2008 est alors admis par 17 voix et 04 abstentions.

 


 

Attendez-vous à savoir.

tabouisgenevieve-4810113c254ceLes personnes de mon âge se rappelleront cette vieille chroniqueuse qui commençait son communiqué quotidien sur RTL radio par la formule "Attendez-vous à savoir."

Reconnaissable entre mille, sa voix attirait l'attention du public car Geneviève Taboui l'énonçait d'une voix super  nasillarde.

Imaginez-vous être en 1950 . Vous écoutez cette vieille femme. Vous êtes en haleine.

" Attendez-vous à savoir que les désaccords s'aggravent au sein du Collège communal de Courcelles. Des tensions existeraient depuis les élections entre une personnalité bien connue du MR et le Bourgmestre. Cela pourrait, si la situation s'aggravait, provoquer un éventuel renversement de majorité.

Le PS risquerait alors de se retrouver dans l'opposition ou pourrait même imploser. Un "désamour" s'étendrait aujourd'hui au sein du Collège communal. De toute dernière minute, il nous revient qu'une démission serait annoncée.

Attendons demain ou les jours à venir pour connaître la suite des événements.

Le Furet.

00:31 Écrit par UCPW dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |